"PANTOUFLE !"

Miles Edgeworth : Ace Attorney Investigations 2 >> << Ace Attorney 6



(Gyakuten Kenji)

Date de sortie Japon (DS) : 28 Mai 2009
Date de sortie US (DS) : 16 Février 2010
Date de sortie Europe (DS): 19 Février 2010

Supports :
Monde entier : Nintendo DS, iOS, Android

Ace Attorney Investigations propose une manière de jouer à la fois radicalement différente et pourtant très similaire aux autres jeux de la série.
C'est cette fois aux commandes du procureur que se trouve le joueur, mais par le biais de pirouettes scénaristique, on n'aura aucune occasion de mener un procès. Le jeu conserve cependant les deux phases propres aux jeux de la série principale : Une phase d'enquête et une phase d'interrogatoire.
Si la phase d'interrogatoire n'apporte rien de nouveau hormis l'absence d'un juge, la phase d'enquête renouvelle quant à elle assez bien le gameplay du jeu. Tout comme la période dans laquelle se déroule le jeu (quelques jours), les trajets qu'effectuent les personnages sont plutôt courts. Aussi, au lieu de passer d'écran fixe à écran fixe, on se déplace dans un décor vu du dessus. Sans vraiment changer le gameplay, cet ajout apporte énormément de vivacité au jeu, et on aura plaisir à retrouver au gré des scènes plusieurs personnages innatendus, placés là pour compléter le tableau. On appréciera également la réutilisation des fonctionnalités tactiles de Phoenix Wright 1 affaire 5 et de Apollo Justice.

Notre héros, le procureur Hunter, dispose en outre de deux capacités très différentes de ce à quoi nous ont habitué Phoenix Wright et consorts.
La première de ces capacités consiste à pouvoir trouver les contradictions directement dans les scènes de crime. Si une pièce à conviction ne colle pas, il vous suffira de la présenter pour la mettre en relation avec l'emplacement coupable. Hunter s'écriera alors "EUREKA" et l'histoire avancera.
La seconde capacité de Hunter, c'est la logique. Nombreux sont les joueurs qui se sont plaints de cet ajout, selon eux "bidon". Il est vrai que lorsqu'on s'arrête à la première affaire, le premier enfant venu est capable de déterminer que si le crime a eu lieu dans une salle dont la clé avait auparavant disparu, il y a un rapport. Ce jeu de relations entre les pièces à conviction se complique néanmoins au fil des affaires, portées cette fois au nombre de cinq.

Critique AA-info