Miles Edgeworth : Ace Attorney Investigations

Originellement sorti en 2010, le premier Ace Attorney Investigations marque beaucoup de premières fois : Premier véritable spin-off de la série Ace Attorney, premier jeu dans lequel Shu Takumi n'aura absolument eu aucune implication, mais aussi premier jeu de la série publié en anglais uniquement, provoquant une colère déraisonnée de la part des fans. Mauvaises notes justifiées par l'absence de vf, appels au boycott, pétitions vouées à ne pas aboutir, tout cela a été fait sans aucun succès. Cela étant, mettons de côté les rancoeurs vieilles de quatre ans, intéressons-nous plutôt au jeu en lui-même, et comme dirait Hunter, the proof is in the pudding !


L'action d'Investigations se déroule peu après les évènements du troisième Ace Attorney, Trials and Tribulations. Contrairement aux Ace Attorney "classiques", les affaires, flashbacks exclus, ne sont guère séparées que de quelques jours.
Dans ce premier Ace Attorney Investigations, on incarne exclusivement Benjamin Hunter, qui se retrouve impliqué dans la poursuite d'une dangereuse organisation, suite à plusieurs affaires de meurtre consécutives et à sa rencontre avec Kay Faraday. Personnage clé de l'intrigue, Kay apporte également l'un des nouveaux éléments de gameplay de cet opus... Mais ne brûlons pas les étapes !

 

Les musiques, tout d'abord, sont bien entendu du même niveau que ce à quoi la série nous a habitué. Pour ma part, les musiques de cet opus se situeraient, en terme de qualité, entre Trials and Tribulations et Apollo Justice. Il serait malvenu d'évoquer les graphismes sans, au préalable, préciser l'un des changements majeurs que ce jeu (et en conséquence sa suite) apporte à la série : En effet, vous réalisez vos enquêtes dans des lieux vus du dessus, où vous déplacez littéralement votre personnage, un peu à la manière d'un RPG. Lorsque l'on retrouve des sprites qui occupent tout l'écran, ils sont uniquement de profil, de la même façon que les avocats de la série principale lorsqu'ils plaident. Ce changement est assez bienvenu, car il apporte une dynamique réellement différente dans les dialogues et la mise en scène, permettant notamment à plusieurs personnages de cohabiter sur un même écran.

De façon générale, le gameplay reste très similaire aux Ace Attorney classiques, mais a ses propres gimmicks qui permettent aux Investigations d'avoir leur identité propre.
Il y a concrètement deux types de phases de jeu dans Investigations. L'enquête, bien entendu, au coeur du gameplay, mais aussi les phases de réfutation, qui se présentent comme les contre-interrogatoires de la série classique, à ceci près que ces phases se déroulent directement sur les lieux où vous vous trouvez. Vous ne défendez pas forcément quelqu'un, et il n'y a pas non plus de juge pour frapper du marteau.

Concernant les phases d'enquête, on ressent une réelle volonté de diversifier le gameplay. Rien que le mode de déplacement en vue du dessus est un apport extrêmement bienvenu, mais ce n'est pas tout : Il est possible d'objecter directement contre les éléments de décor en présentant des preuves ; et ce jeu est également le jeu qui aura introduit le système de logique, consistant à connecter deux idées ensemble pour dégager des vérités. Si les premières sont un peu trop évidentes, ce système s'avère de plus en plus efficace au fur et à mesure que le jeu progresse.
Enfin, on ne peut pas parler d'Investigations sans évoquer le Little Thief, gadget ultrafuturiste de Kay permettant littéralement de reconstituer les scènes de crime. Ce gimmick est très intéressant, car les scènes ainsi reconstituées ne sont pas forcément fidèles à ce qu'elles étaient à l'origine : Vos observations permettront de corriger les contradictions. Dans le principe, ce mode de jeu donne également un peu plus de variété aux enquêtes.

Pour ce qui est du scénario, il s'avère de plutôt bonne facture. L'équipe en charge est parvenue à l'époque à trouver un assez bon équilibre ne dénaturant pas le travail de Takumi sur la série principale, et ce jeu est en plus de tout la première fois de la série où toutes les affaires sont liées par un véritable fil conducteur, habitude que l'on retrouvera dans les autres productions de l'équipe AAI. La seule chose que l'on pourra éventuellement reprocher au scénario d'Investigations, c'est le face-à-face final, qui est particulièrement éprouvant, avec un coupable qui, même à partir du moment où toutes ses actions sont claires, parvient à s'en sortir pendant un trop long moment.

Cela dit, Investigations reste un excellent spin-off, qu'il vous faudra de toute façon terminer si vous souhaitez vous frotter au meilleur Ace Attorney de tous les temps, Investigations 2.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :rage: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :ema: :doute: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.