DanganRonpa V3 : Killing Harmony

C'est vrai, j'ai un peu traîné pour faire cette critique. À ma décharge, d'autres jeux que j'avais prévu d'évoquer sur cette tribune depuis ses débuts en 2014 ne font toujours pas partie de la liste. Cela étant dit, puisque mieux vaut tard que jamais, évoquons enfin DanganRonpa V3 : Killing Harmony !

Avec trois jeux, un dessin animé, des light novels, une foultitude de produits dérivés, j'en passe et des meilleures, DanganRonpa est à présent une franchise bien installée - À tel point que ce dernier opus dispose d'une version française. Le jeu est disponible sur Vita, PS4 et PC, et, histoire d'être cohérent, je me le suis donc procuré sur Vita, puisque c'est sur cette console que j'ai commencé la série. J'ai téléchargé le DLC incroyablement lourd pour que le son soit de bonne qualité, et par là-dessus, je ne pouvais plus me permettre de télécharger le DLC pour donner au jeu sa VF - C'est donc en anglais que je me suis essayé à DanganRonpa V3, et c'est donc les termes anglais que j'utiliserai, mais vous devez bien assimiler que ce jeu est intégralement disponible dans notre langue, et cela, mes amis, devient de plus en plus rare par les temps qui courent.

Pour commencer, le jeu est-il accessible à une personne n'étant pas familière avec la licence ? Oui et non, serais-je tenté de répondre. Car V3 prend bel et bien en compte les évènements des opus précédents de DanganRonpa (en particulier le premier et le dessin animé DanganRonpa 3, mais DR2 reste évoqué également), et part du principe que vous-même les avez déjà terminé ; d'un autre côté ce killing game reste globalement assez détaché des précédents. Si vous voulez vraiment vous lancer dans DanganRonpa avec V3 faites-le, mais je pense tout de même que faire la série dans l'ordre est ce qu'il y a de mieux à faire. D'ailleurs, je ne vais pas me fatiguer à vous résumer le principe de DanganRonpa : Allez lire mes critiques du premier et du second. Et au fait, avant de jouer à V3, faites la démo, ça vous offrira des cadeaux très bienvenus pour le jeu complet.

Je ne vous fais pas languir plus longtemps et je vous donne directement mon avis sur la fin du jeu (pas de panique, aucun spoil ici) : Elle est parfaite, mais uniquement à condition qu'elle signe la fin de la licence. Il est curieux de constater comme cette fin a divisé. Certains l'ont détestée, d'autres l'ont adorée. Certains disent qu'elle est annonciatrice de plein de DanganRonpa dans l'avenir, d'autre qu'elle signe la mort de la licence. Ceux-là disent soit que c'est une bonne chose, soit que c'est dégueulasse, qu'ils en veulent plus encore. Eh bien voilà, vous avez mon avis. Selon moi, si un DanganRonpa 4 (ou que sais-je) voit le jour, cela ruinera complètement le message final de V3, qui m'a tellement pris au dépourvu. De toute façon il semble bien que l'auteur du jeu ne souhaite pas continuer, pour sa part... Ce qui n'empêchera pas la licence de suivre son cours, probablement sans lui.

C'est pas une mauvaise idée, mais seulement si tu as un cadeau susceptible de lui plaire : sinon c'est une perte de temps

Comme dans chaque DanganRonpa précédent, vous incarnez l'un des 16 élèves d'une école, disposant d'un talent Ultime ; comme dans chaque DanganRonpa précédent l'ours à double-face Monokuma vous annonce que vous allez devoir vous entretuer et participer à un procès d'école au terme duquel soit le coupable sera exécuté, soit tous les autres élèves à son exception. Et, de la même manière que DanganRonpa 2 l'avait fait pour le premier opus, V3 déconstruit tous les codes de la série, se rendant imprévisible en permanence, avec des meurtres qui tiennent du génie tant ils sont alambiqués, et ce final fou fou fou, qui va forcément vous mettre une claque, peu importe qu'elle soit positive ou négative.

Au niveau de la pure et simple technique, le jeu est magnifique. Tout en poursuivant la tradition graphique des jeux précédents, il dispose de plans de caméra beaucoup plus dynamiques et, même s'il ne poussera pas votre machine dans ses derniers retranchements, reste un véritable régal visuel.

Le scénario, inventif, est assez bien servi par ses personnages ; car même si certains peuvent vite devenir énervants, je retiens surtout que c'est dans cet opus que se trouve mon personnage préféré de l'intégralité de la licence, Kokichi Oma, l'ultime troll leader suprême. D'ailleurs pour parler talents, on apprécie que les talents ultimes des protagonistes soient assez bien mis en avant, cette fois-ci !

Il faut ériger des temples à la gloire de ce type

Les procès sont remplis de coups de théâtre, le premier étant déjà une bombe à lui seul. Globalement aucun des procès n'est vraiment oubliable. Il est inévitable de déduire quelques points avant votre protagoniste, mais au final cela n'arrive qu'assez peu souvent.

Si je reste vague sur l'intrigue pour que vous puissiez vous en faire votre propre idée en jouant au jeu, j'aimerais par contre revenir sur les mini-jeux, en notant que comme d'habitude le pendu m'a énervé, harassé, laissé hors de moi. En revanche j'ai aimé TOUS les autres mini-jeux, et ça c'est une première pour cette série, qui m'a habitué à toujours trouver les mini-jeux un peu en trop. Pour ma part le meilleur mini-jeu proposé cette fois-ci, c'est le debate scrum : Les personnages sont divisés en deux groupes, et vous devez imposer vos arguments sur ceux de vos adversaires.

Malheureusement l'équipe DanganRonpa en a peut-être un peu trop fait avec les procès, car si le principe de viser un argument avec une preuve pour le réfuter ou l'approuver a fait ses preuves depuis les débuts de la série, il m'a souvent été difficile de viser convenablement, la faute à un rythme beaucoup trop soutenu. Dans ces conditions j'ai souvent abandonné l'idée de réfléchir moi-même aux réponses, préférant passer par une solution complète, car non seulement est-il possible de rater son coup à cause du seul timing, mais le jeu vous donne la possibilité de mentir. Le problème est que pour cela, vous devez d'abord maintenir appuyé le bouton permettant de tirer vos preuves, rendant l'ensemble de la manipulation plus délicate encore.
Bien sûr cela ne doit pas être un critère vous empêchant de jouer au jeu ; néanmoins il est important de savoir à quoi s'en tenir : Au niveau du gameplay, si le jeu est beaucoup plus agréable dans ses phases de temps libre, les phases de procès sont globalement moins aisées à prendre en main que les jeux précédents, malgré de réels efforts pour intégrer toutes les possibilités de votre machine au gameplay (Enfin je ne sais pas pour le PC et la PS4 mais le bonus pour les procès que la démo vous offre sur Vita permet d'utiliser le pad arrière de la console, et cette utilisation se révèle des plus agréables)

Ah, si ce n'est que ça, tout va bien !

Pour le reste la qualité formidable du texte fait de V3 un excellent DanganRonpa. Je n'ai pas testé le reste du jeu (son casino, ses bonus, d'ailleurs j'aimerais bien savoir ce qu'est ce bonus qui reste caché y compris la quête principale terminée), mais j'aimerais insister sur le fait que le jeu en lui-même est une tuerie pure et simple, doublée d'un terminus. Ça ne plaira pas à tout le monde, mais DanganRonpa a compris et appliqué ce bon vieil adage : À savoir que les meilleures choses ont une fin, voilà pourquoi Plus Belle La Vie continue.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :rage: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :ema: :doute: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.