Apollo Justice 3DS

J'ai déjà parlé en long et en large d'Apollo Justice sur DS - C'était en 2014. Entretemps, le jeu est ressorti en édition HD sur iPhone et Android, et puis, en cette fin Novembre 2017, a été réédité sur 3DS. Le jeu en lui-même ayant déjà été testé en long et en large sur son support d'origine, je n'attends pas d'avoir terminé ce remake pour vous en parler - Il suffit en effet de faire le jeu jusqu'à la première phase de procès de la seconde affaire pour se faire une idée suffisante des apports indéniables de cet opus, mais aussi pour noter quelques points perfectibles. Ce test n'a donc pas pour but de vous résumer le jeu Apollo Justice, que je vous recommande de faire de toute façon.

Commençons par le problème de la langue. Oui, cet Apollo Justice ne vous offrira rien d'autre que l'anglais et le japonais. Si vous voulez jouer en français, allemand, italien ou espagnol, votre seule option reste bien une cartouche DS européenne originale ; et donc si vous ne voulez vraiment pas jouer en anglais à AJ, à moins d'attendre un patch fait par les fans, vous pouvez pour le moment arrêter la lecture de ce test. D'un autre côté la version anglaise n'est jamais sortie officiellement en France (ni dans les pays germaniques, par la même occasion), c'est donc votre chance si vous n'avez jamais eu l'occasion de jouer à cet opus dans la langue de Shakespeare et en aviez l'envie.

Bien, maintenant que nous sommes entre anglophiles, parlons du prix. Si vous n'achetez pas le jeu en cartouche au Japon (il contient la version anglaise également, et de nos jours dézoner une 3DS est relativement aisé) et désirez passer à la caisse par le support dématérialisé offert par l'eshop de Nintendo, il vous en coûtera une vingtaine d'euros. Un prix honorable : Deux fois moins cher que le prix classique d'une cartouche... Comme pour les AA précédents, Capcom baisse donc le prix du démat' pour que l'on digère mieux la pilule.

Voilà. Le jeu est lancé. Première nouveauté, le bouton Skip all text vous promet la possibilité de pouvoir jouer en passant rapidement les textes - Contrairement à Trilogy, AJ 3DS le permet donc en option. L'idée est bienvenue, dommage cependant qu'elle ne fonctionne qu'avec les boutons. Avec le stylet, n'y comptez pas.

L'autre problème de cette option se pose avec l'absence d'un outil pourtant présent dans tous les Ace Attorney sur 3DS (à part Trilogy et Layton VS Wright) : L'historique des derniers messages. Quel dommage, car cela se solde parfois, si vous jouez en accéléré, par l'une ou l'autre boîte de texte manquée, sans vraiment pouvoir rattraper si vous n'avez pas sauvegardé au préalable.

Parce que c'est toujours un plaisir de voir un avocat dire "Ergo" en latin dans le texte

Et justement évoquons la sauvegarde. Rien de bien nouveau sous le soleil, comme dans l'opus DS (et comme dans Trilogy), vous disposez d'un unique slot de sauvegarde par langue. Cependant, sauvegarder ne vous renverra pas au menu du jeu, vous proposant plutôt le choix entre revenir au menu ou continuer le jeu, et ça c'est très bien ! En poursuivant sur la sauvegarde, on notera qu'en plus du bouton Start, il est également possible d'utiliser Select pour obtenir le même effet, ou encore d'appuyer sur un bouton prévu pour cela sur l'écran tactile.

Contre toute attente, l'observation de preuves en 3D devient beaucoup plus agréable avec les boutons, en permettant l'utilisation du stick analogique pour les tourner et retourner dans tous les sens. Cette possibilité n'existait pas dans Ace Attorney Trilogy, et se révèle une très bonne idée. Ajoutons aussi qu'il n'est plus obligatoire de souffler dans le micro lors des mini-jeux d'empreintes digitales : C'est toujours possible, mais vous pouvez aussi appuyer sur A. Les personnes aimant jouer à Ace Attorney dans les transports en commun au risque de louper leur station apprécieront.

Deux nouveautés à remarquer lors des procès, tout droit issues des Ace Attorney les plus récents : Pour commencer, les contre-interrogatoires ont désormais un indicateur du nombre de phrases. On apprécie ce geste, qui offre une belle clarté à ces phases en effet. Ensuite, tomber Game Over n'est plus vraiment problématique, le jeu vous offrant le choix de reprendre au dernier contre-interrogatoire - Sauvegarder n'est donc plus autant un impératif qu'auparavant.

Oui, cette image sert pour toutes les présentations du jeu Apollo Justice. Oui, elle a été utilisée lors du test précédent du jeu en 2014.

Là-dessus évoquons enfin ce qui nous intéresse le plus : Les graphismes et la bande sonore. Cette fois-ci, contrairement à Trilogy, le port smartphone antérieur donnait bien le ton, et était un régal pour les yeux. Eh bien cette version 3DS, bien que n'étant pas d'aussi grande résolution, n'a clairement pas à rougir. Animations fluides, graphismes à la hauteur, plus que jamais on se croit devant un dessin animé de haute volée, et j'ajouterais même que le jeu s'offre le luxe d'être plus beau et agréable que Phoenix Wright Trilogy sur la même console - Pourtant Trilogy faisait un travail merveilleux à ce niveau-là. Un seul point noir au tableau : Dans la lignée de l'affaire 5 du premier Phoenix Wright, aucun artwork ne se débloque lorsque vous terminez une affaire. Bien sûr c'était également le cas sur DS, mais c'était l'un de ces points qui auraient bien mérité un ravalement de façade, surtout lorsque l'édition smartphone, elle, offre bien des artworks à chaque affaire. Rien de vraiment scandaleux, mais un petit regret tout de même.

Pour ce qui est de la 3D de profondeur offerte par la console, on pouvait s'attendre à ce que Capcom nous gâte, et en effet ils ne se sont pas loupés, avec un effet qui parvient à rendre encore mieux que l'effet fourni par Trilogy. L'immersion offerte est assez étonnante, notamment lorsque vous passez en phase de détection de tic nerveux. Si vous aimez cette option de la 3DS, vous aimerez la façon dont elle a été rentabilisée par Apollo Justice !

La théorie de l'époque tient toujours : Cette femme est-elle Flavie Eïchouette ?

En ce qui concerne la bande sonore, elle est du même acabit que celle de Trilogy, comprendre par là que les voix sont aussi claires que du cristal, et que les musiques n'ont aucune compression, bref que du bon.

Il faudrait peut-être à présent évoquer la localisation. Dans la mesure où le texte anglais existait déjà, tous les efforts ont été concentrés sur les graphismes. Pour une raison inconnue, alors que le logo de la version smartphone était magnifique, on remarque en s'y penchant de plus près que le logo anglophone semble un peu plus compressé non seulement que son homologue smartphone... Mais aussi que le logo japonais, a priori beaucoup plus beau sur les écrans 3DS. Ce petit détail passé, on appréciera tout de même que, de la même façon que pour Trilogy, les décors ont bel et bien été retouchés, avec quelques modifications.

On sait que le texte de Trilogy avait été retouché pour ajouter quelques points oubliés dans la localisation DS, on sait aussi que certaines phases avaient été simplifiées pour l'opus 3DS. Bien qu'il ne soit pas impossible que ce soit aussi le cas pour cet Apollo Justice, je n'aurai pour ma part pas l'occasion de le vérifier.

En tant que portage, malgré quelques points discutables (en particulier ce "Skip All Text" qui ne concerne pas l'écran tactile), Apollo Justice 3DS fait un très bon travail. Si vous n'avez jamais joué à l'original et êtes partant pour vous faire toute la série dans la langue de Shakespeare ; ou si vous avez la patience d'attendre nul ne sait combien d'années pour une VF non officielle, alors cette itération du quatrième Ace Attorney est faite pour vous. N'oubliez pas cependant de jouer à Trilogy en tout premier lieu.

Apollo Justice 3DS, c'est un grand oui, mais pour quel public ?

- Un public capable de lire l'anglais
- Un public qui n'a jamais touché à cet opus sur DS
- Un public qui veut sincèrement y jouer en anglais ou en japonais mais n'en a jamais eu l'occasion auparavant
- Les fans d'Ace Attorney qui ne sont pas suffisamment dérangés par la politique de Capcom pour arrêter la série.

La série AA se poursuivra sur Switch, c'est certain ; et on peut s'attendre à des ports smartphone/tablette des prochains opus. Mais en évoquant la possibilité de remakes ou de portage des volets déjà disponibles sur 3DS, je dirais que l'intérêt est à présent très limité, à moins de proposer des traductions dans d'autres langues. Sur 3DS comme sur smartphone, tous les jeux disponibles sont magnifiques. À moins d'aller jusqu'au bout de la logique et de proposer une compilation en 3D (Pachislot donne un assez bon aperçu de ce que cela pourrait donner) ou un remake des Investigations avec la traduction officielle qu'on attend toujours pour le second, il n'y a finalement à de nouveaux portages que deux intérêts : Pour Capcom, l'argent des joueurs. Pour les joueurs, la possibilité de continuer à avoir la série sur une seule console - Tout en sachant bien que toute la série est jouable sur 3DS pour le moment et que certains opus risquent d'être exclusifs à cette console pour toujours.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :rage: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :ema: :doute: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.