DanganRonpa Another Episode - Ultra Despair Girls

Suite au succès des deux premiers volets de la licence, DanganRonpa passe à la vitesse supérieure en proposant, en exclu PS Vita, un spin-off bourré de qualités, mais aussi de défauts. Another Episode, tout en conservant l'héritage des visuals novels, tourne entièrement son gameplay autour d'un Third Person Shooter, qui se révèle malheureusement assez bancal. Pourtant, le jeu n'est pas avare en bonnes idées, et reste incontournable pour quiconque s'intéresse à la série des DanganRonpa.

Vous vous en doutez, le jeu n'est pas accessible au premier péquenaud venu. Si vous n'avez jamais touché à la série d'origine, commencer par ce jeu est une extrêmement mauvaise idée, à moins bien sûr que l'envie de vous priver d'un grand nombre de révélations des deux premiers volets ne se dessine dans votre cerveau étriqué - Mais vous auriez loin d'avoir raison.

La trame du jeu se situe entre celle du premier et celle du second DanganRonpa. Il est évident que le faire en premier est une idée foireuse. Le faire entre le premier et le second pourrait dès lors sembler la solution idéale, mais sachez tout de même qu'un grand nombre de points de Goodbye Despair sont également évoqués et exploités ici. Au final le choix sera vôtre, mais dans l'idéal gardez tout de même ce spin-off pour après avoir fini DR1 et 2.

Plus dérangeant que jamais, Ultra Despair Girls affiche un goût démesuré pour le malsain, et surpasse largement ses aînés dans ce domaine. Entre ça et la traduction en anglais uniquement (enfin pour ça on est habitués depuis les débuts de la licence), le jeu mérite amplement son PEGI 16.

Le scénario fait l'essentiel du jeu, et je ne pense pas me tromper en affirmant que quiconque a déjà joué à un DanganRonpa sait qu'il ne faut à aucun prix se laisser tenter par les méandres de l'Internet avant d'avoir fini un jeu de la série, faute de risquer un spoil incontrôlable de tous les instants. Sachez d'ailleurs bien que dès le début du jeu vous apprendrez une caractéristique d'un personnage qui lui est propre et que vous êtes tout simplement censé ignorer au début du premier DanganRonpa, donc si le jeu vous intéresse un minimum, allez vraiment, vraiment jouer au premier DR avant de lire la suite de ce test si vous ne l'avez jamais fait.

C'est bon ? Oui ? Non ?

De toute façon c'est trop tard, car il faut bien finir par détailler le scénario dans ses grandes lignes tôt ou tard.

ME3050519179_2

Vous êtes Komaru, la soeur de Makoto Naegi, héros du premier DR. Propulsée dans une ville où des Monokuma robotiques tuent tout ce qui bouge, vous vous retrouvez rapidement en tandem avec Toko Fukawa, qui a un syndrome de personnalité multiple. Sa seconde personnalité est le tueur en série Genocide Jack. Voilà. Si vous n'avez jamais joué au premier DanganRonpa, vous venez de vous faire spoiler l'identité de Toko. Malheureusement c'était assez inévitable.

Le jeu alterne donc les phases de visual novel, les cinématiques et le TPS. Si les deux premières parts sont extrêmement bien maîtrisées, le TPS quant à lui est, si j'ose dire, assez bancal.

La 3D est efficace. Il n'y a aucun aliasing visible, et les éventuels bugs sont assez peu nombreux et pas énormément gênants. On appréciera également la variété du gameplay, puisqu'entre deux maps le joueur est régulièrement amené à résoudre des challenges de réflexion plus ou moins corsés. Le seul challenge qui pourra vraiment poser problème sera celui du password de sécurité vers la fin du jeu. Comment peut-on sérieusement penser sans solution complète par derrière au fait que les chiffres 8 69 symbolisent un élément du zodiaque ? Oui je sais, faut pas spoiler, mais cette énigme-là était d'une stupidité tellement aberrante que je me devais de la mentionner un minimum.

Danganronpa-Another-Episode-1

En tant que Komaru vous devrez faire face à des passages tantôt plaisants, tantôt crispants. Certaines parties du TPS ne vous laisseront au final qu'assez peu de repos, et, à moins d'être un joueur acharné, vous ne réussirez probablement pas du premier coup à enchaîner les bonnes notes en fin de chapitre. D'ailleurs, à moins de vouloir tous les trophées du jeu, vous ne vous y essayerez probablement pas, tant le TPS donne peu envie de s'y repencher.

Au rang des légers défauts, on notera l'absence de VOST dans la cartouche. Il incombe de la télécharger séparément. Elle pèse facilement plus de 1 Giga. Les Memory Card Vita ne sont pas réputées pour être bon marché, donc si vous souhaitez jouer au jeu dans sa langue d'origine, il vous faudra probablement passer à la caisse si votre carte mémoire n'est pas suffisante.

Un autre point que je n'apprécie franchement pas est de devoir farmer les monocoins pour débloquer les extras. C'était déjà un défaut des premiers DanganRonpa, ici c'est totalement décuplé, car si vous avez joué au jeu normalement jusqu'au bout, il ne vous restera que peu de pièces, et vous devrez vraiment vous retaper des scènes entières du jeu pour vous refaire un peu d'argent.

Si le TPS en tant que Komaru est un peu laborieux, le hack'n'slash en tant que Genocide Jack est franchement plaisant. Il est limité cependant par des batteries, qu'il vous faudra recharger en ramassant les objets appropriés.

Danganronpa_08-25-14_001

Le jeu est offert en trois modes, facile, normal et difficile. Le mode Facile est parfait pour les lâches. Vous avez le nombre maximum de coeurs et de batteries, les Monokumas vous donnent régulièrement des coeurs, et les batteries de Genocide Jack se rechargent en tout temps. Je l'ai testé quelques minutes après avoir terminé le jeu en mode normal, ça m'a tout simplement dégoûté. Certes le gameplay est imprécis au possible, mais est-ce une raison pour me faciliter le jeu de cette façon ? Sans compter que l'on farme beaucoup moins facilement les monocoins. Ne jouez jamais à Ultra Despair Girls en mode facile. Le mode normal reste le plus approprié. Quant au mode difficile, allez-y si vous souhaitez du challenge, je ne sais pas exactement ce qui change par rapport aux deux autres modes.

Évoquons tout de même le scénario et la mise en scène un minimum. Le scénario est entièrement basé sur l'un des plots de DanganRonpa premier du nom, à savoir ce qu'il advient de l'entourage des protagonistes. Ce n'est pas un hasard si vous incarnez Komaru Naegi.

Certains se plaignent qu'il met trois ou quatre des cinq chapitres à véritablement décoller. Honnêtement c'est faux. Par une mise en scène rythmée et par l'intervention d'un certain nombre de personnages clés, le scénario est excellent et n'offre aucun temps mort, ce qui est rehaussé par la qualité indiscutable des nombreuses cinématiques - cela dit les cinématiques en 3D restent clairement les moins réussies du jeu.

Au final on ne regrettera finalement que la fin, qui ne nous dit pas clairement tout ce qu'on souhaiterait savoir, mais ne justifie pas non plus forcément une suite sous forme de TPS pour autant.

Pour conclure, malgré un certain nombre de points discutables que je me suis efforcé d'énumérer ici, le jeu reste un incontournable de la licence DanganRonpa. On appréciera l'ambiance très dérangée, la multitude de cinématiques (que ce soit animées traditionnellement, animées à la DanganRonpa, ou animées en 3D), l'histoire en général, et le développement impressionnant de la relation entre Komaru et Toko. On appréciera également la variété des décors visités: Il y a un réel effort pour qu'on ne se retrouve pas en permanence dans le même type d'environnement.

dangan2

Le jeu propose aussi, on devait bien s'y attendre, quelques combats de boss, qui sont également appréciables, et une histoire bonus à lire une fois le mode principal terminé. On regrettera que depuis DR1, aucun jeu n'ait proposé en complément DanganRonpa Zero, light novel qui sert de préquelle à la série, et que je n'ai aucune envie de lire sur ordinateur. Allez, peut-être la prochaine fois, qui sait.

Another Episode est-il incontournable ? Eh bien oui et non. Si vous n'avez pas encore joué à la série principale, il est largement temps de vous y mettre. Car cet Ultra Despair Girls ne vous plongera réellement dans le désespoir qu'à cette condition, ne s'adressant au final qu'à la tranche des joueurs déjà au fait de l'actualité de la série.

Autant dire que si vous avez torché DR1 et 2 day one, vous pouvez foncer.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :rage: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :ema: :doute: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.