Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy

Trilogy est donc le remake 3DS des trois premiers volets de la saga Ace Attorney. Il ne doit pas être confondu avec Trilogy HD, la version iOS. Avant toute chose, n'oublions pas que le titre est en anglais uniquement. N'oublions pas enfin que les trois jeux contenus dans cette compilation ont tous été critiqués par la Tribune, c'est pourquoi la présente critique ne se base que sur les caractéristiques propres au remake, qui, vous vous en doutez si vous avez lu la critique de Trilogy HD, est de bien meilleure facture que ce dernier - en fait quelqu'un qui vous dirait le contraire n'aurait juste pas joué à THD.

Dans Trilogy, on retrouve donc les trois premiers Phoenix Wright dans leur intégralité (en même temps, jamais aucune version du premier volet publiée depuis la version DS n'a sauté l'affaire 5, donc ne pas la revoir aurait plutôt été bizarre), et... C'est à peu près tout. Pas la peine donc de revenir sur le scénario : Il était génial dans les jeux d'origine, il le sera autant dans cette version. Il semblerait que certaines scènes aient été simplifiées par rapport aux originaux; rien de bien gênant cependant.

Ce qui nous intéresse dans cette version de la trilogie, c'est surtout la façon dont elle a été portée sur 3DS. Et le résultat s'avère vraiment de très bonne facture !

Pour commencer, on peut parler de la bande sonore. Par rapport à l'horrible sort qui lui était réservée dans THD, ici, le service est assuré. Pour commencer, le jeu vous accueille avec un thème d'écran-titre inédit, remix de plusieurs thèmes cultes de la série. Concernant les musiques en elles-mêmes, elles n'impressionneront pas si l'on ne tend pas l'oreille. Ce sont bien les musiques issues des jeux DS, mais les hauts-parleurs de la console leur rendent tellement justice, qu'il semble dès lors clair qu'elles ont été au moins remasterisées (pour être rendues dans une meilleure qualité lors du passage par la console donc, rien à voir avec le principe d'un remix), ou alors que la bande sonore a été directement tirée du coffret de CD Gyakuten Saiban Soundbox (qui, pour rappel, était composé de l'OST de la trilogie entière dans sa version WiiWare).

Cela étant, les musiques ne sont pas les seules à être passées sur le billard : Les effets sonores (que ce soit le marteau du juge, la clameur du public, ou même tous les effets sans exception) acquièrent également une clarté cristalline, qui n'est dépassée que par les interjections vocales, qui semblent directement sorties d'un enregistrement studio. Le travail vocal sur cette version est tout simplement impressionnant.

Au niveau graphique, on retrouve le même type d'éléments que ce que Trilogy HD nous avait présenté. Cependant, les sprites de personnages se révèlent un peu plus fluides, et le mode 3D donne un effet absolument formidable ! Par contre, décidez-vous vite si vous le gardez ou pas, car, étonnamment, les boîtes de texte sont plus nettes en mode 3D, plus floues en mode 2D. Les sprites, en 3D stéréoscopique, se détachent des décors de façon assez efficace, donnant un résultat agréable et pertinent. Par ailleurs, si vous insérez une cartouche DS de la trilogie originelle dans votre console après avoir joué à Trilogy, vous serez sous le choc : En comparaison, une cartouche DS jouée avec la résolution de votre 3DS est une pure et simple horreur. L'effet de flou ressenti n'a d'égal que l'observation d'un paysage au loin en étant très myope, sans verre de correction.

Et puis il y a le miracle de Noël, l'exclusivité de cet opus la plus bienvenue de toutes : Vous pouvez accélérer le texte à volonté d'entrée de jeu. Sérieusement. C'est tout simplement la nouveauté du soft, qui le rend dès le départ beaucoup plus agréable à jouer que les jeux d'origine ! On n'aurait pas craché sur un log des textes déjà lus à la manière de Dual Destinies, mais qu'importe, la possibilité d'accélérer le texte est déjà en soi un cadeau phénoménal !

phoenix-wright-ace-attorney-trilogy-040916431jpg-8dd646_640wConcernant la présence de la version Japonaise, ce n'est guère qu'une preuve de fainéantise de la part de Capcom, qui s'est contenté, pour changer la localisation du jeu, de changer simplement le logo d'écran-titre et l'ordre dans lequel les langues sont données... On aurait alors apprécié que la cartouche d'origine Japonaise, qui contenait également la version anglaise, soit dézonée, afin de pouvoir l'importer. Ça n'aurait fait aucune différence avec ce que Capcom nous a vendu sur l'eshop. À ce niveau-là on ne peut que râler envers l'immonde politique ultrarestrictive de Nintendo. D'un autre côté, si Capcom compte encore les ventes des volets de la saga pour savoir si le prochain vaut le coup d'être localisé, acquérir la version eShop de votre région est probablement plus indiqué.

Pour le reste, Trilogy reprend avec exactitude tout ce qui faisait le charme des versions DS, avec un peu de texte relu et corrigé. Malheureusement, cela veut aussi dire que des aberrations liées autrefois aux contraintes des cartouches restent telles quelles : Dans les affaires 1 à 4 de Phoenix Wright 1, les scènes de flashback restent désespérément en couleurs quand dès le jeu suivant elles deviennent en noir et blanc. Dans l'affaire 5, au moment où Hunter crie "UN INSTANT", son clip sonore n'est pas utilisé... Alors qu'il existe pourtant dans le jeu. D'ailleurs, cette affaire 5, qui avait pourtant un artwork dans Trilogy HD, n'en a plus. Comme dans le jeu DS d'origine. Dommage.
Il est aussi difficile de faire l'impasse sur le fait que les mugshots des avocats, lorsqu'ils apparaissent sur l'écran du bas, laguent très légèrement. Rien de bien gênant cependant. Pas bien gênant non plus, le fait que la reconnaissance vocale réponde beaucoup moins bien que sur DS.

Les bugs de Trilogy HD ne sont en revanche plus dans Trilogy qu'histoire ancienne, rendant le jeu d'autant plus agréable. Il serait bon également de mentionner les sauvegardes : Chaque jeu se sauvegarde indépendamment, et bénéficie d'un fichier de sauvegarde par langue, dans la plus pure tradition de la série. Inutile d'en réclamer plus, même si l'option Japonaise reste très peu intéressante. Les plus acharnés se plaindront peut-être qu'on aurait pu nous offrir la possibilité d'utiliser les voix Japonaises dans la version Anglaise, ou encore que les rares exclusivités de la version iOS manquent cruellement, mais sincèrement, c'est faire preuve d'une exigence assez malvenue : Pour 30 euros, Trilogy est un pur et simple cadeau de la part de Capcom. Trois des plus grands jeux de ce début de siècle revitalisés une fois de plus, à un prix fort décent... En toute objectivité, si vous êtes capable de vous contenter des langues proposées, cette version des aventures de Phoenix Wright est l'expérience ultime de la trilogie originelle.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :rage: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :ema: :doute: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.