Phoenix Wright : Ace Attorney - Trials and Tribulations

Originellement sorti en France après sa suite à cause de sombres magouilles liées à la PEGI, Trials and Tribulations s'est fait attendre... Et mériter. Pour beaucoup meilleur jeu de la série entière - même si pour ma part d'autres jeux atteignent son niveau, et Investigations 2 le dépasse de très loin -, Trials and Tribulations prend tout ce que la série a pu offrir de mieux pour en faire un florilège mêlant passé, présent et fanservice maîtrisé, dans un cocktail détonant qui clot la trilogie de façon incroyable.

Et pour cause : Dans ce jeu, on ne s'ennuie pas un seul instant ! La première affaire est incroyable, la seconde peut sembler peu intéressante à première vue mais bénéficie d'un seul coup de l'un des coups de théâtre les plus réussis de la série, l'affaire 3, malgré des personnages un peu lourds (décidément), a un plot vraiment intéressant à suivre doublé de plusieurs passages franchement intéressants, l'affaire 4, malgré sa courte durée, fait preuve d'une intensité émotionnelle rarement atteinte, et l'affaire finale offre des scènes d'anthologie. En fait, le duo composé par les affaires 4 et 5 est tout simplement la meilleure partie de l'ensemble de la trilogie Phoenix Wright !

Le casting de personnages est délicieux. Aucun n'est réellement agaçant (en comparaison d'un Justice For All qui les alignait un peu trop), et il ne serait pas étonnant qu'en demandant à n'importe quel fan de la série qui est son personnage préféré, il vous sorte un personnage de cet opus (Ce sont d'ailleurs souvent Godot et Dahlia Plantule qui reviennent, mais sachez bien que ce ne sont pas les seuls personnages hauts en couleur de ce troisième volet).

gfs_86611_1_2La traduction française intégrale disponible sur DS et Wii (comme pour les opus précédents) est somme toute honnête. On regrettera l'absence de version anglaise sur la version DS de la version française (qui est au passage d'assez bonne facture malgré quelques choix discutables), tout comme on regrettera bien sûr l'inévitable absence de VF dans les versions post-2010 du jeu.

Trials And Tribulations, c'est aussi l'entrée dans l'univers musical de la série de Noriyuki Iwadare (auparavant connu pour les musiques de jeux comme Lunar ou Grandia, mais son entrée dans les Ace Attorney constitue un tournant majeur de sa carrière). Honnêtement, aucune musique de Trials and Tribulations n'est mauvaise. Comprenez par là que chaque composition d'Iwadare pour ce jeu peut directement être élevée au rang de chef-d'oeuvre incontestable, à tel point qu'il organise régulièrement des concerts orchestraux de ses productions.

Phoenix-wright-trials-and-tribulations-art-maya-pearl-godot-mia-gumshoeConcernant le système de jeu, il ne change pas d'un iota par rapport aux jeux précédents. Il faudra en fait attendre Apollo Justice pour revoir des fonctionnalités qui n'avaient jusque là été exploitées que par l'affaire finale du premier Phoenix Wright. Est-ce un mal ? Pas du tout, car ce qui fait le charme d'un Ace Attorney n'est pas tant la richesse de son gameplay que la qualité de son écriture... Et c'est la raison pour laquelle, malgré le "désavantage" sur son successeur d'être un remake GBA, Trials And Tribulations lui reste bien supérieur. N'oubliez cependant pas de jouer au préalable aux deux volets précédents de la série - et pourquoi pas à Apollo Justice, histoire de garder le meilleur pour la fin.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :rage: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :ema: :doute: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.