Professeur Layton vs Phoenix Wright : Ace Attorney

Après avoir été annoncé en 2010 puis publié au Japon en 2012, on ne s'attendait pas vraiment à le voir débarquer - Il a pourtant bien été publié à la fois en Europe, puis en Amérique six mois plus tard, versions française et espagnole incluses dans les deux cas : Professeur Layton VS Phoenix Wright - Ace Attorney, le crossover tant attendu entre les deux fameuses licences dirigé par Shu Takumi.


Comme d'habitude avec les jeux qui me tiennent à coeur, je vais commencer par évacuer les défauts. Malheureusement, il faut le reconnaître, le crossover du siècle est loin d'être parfait. Pourtant, les défauts que je lui trouve ne sont pas ceux que vous pourrez lire dans la plupart des reviews du soft. En fait, je trouve même assez dégueulasse qu'il soit si peu aimé, alors qu'il se révèle au final si épique.

Du coup, voici en gros les défauts qui me viennent à l'esprit. Certains vous sembleront peut-être insignifiants, mais le cumul de défauts insignifiants n'est jamais agréable, croyez-moi.

-Les lags occasionnels. Jamais aucun Layton en 3D ne nous a infligé cela, et Dual Destinies non plus. Pourtant, il arrive parfois à certains modèles 3D de laguer. Ce n'est pas beau à voir à l'écran. Si j'avais voulu du lag, j'aurais émulé salement, je n'aurais pas payé le jeu.

-Ce n'est pas vraiment un défaut puisque ce jeu date d'avant Dual Destinies, mais j'aurais vraiment du fond de mon coeur apprécié un log pour relire les dialogues précédents. Je ne compte pas le nombre de dialogues passés accidentellement, pour lesquels j'ai dû reloader ma partie, même si je savais pertinemment qu'ils n'allaient pas être importants; mais ça ne m'a pas empêché d'en sauter quelques uns. C'est incroyablement frustrant de ne pas pouvoir revenir en arrière, à moins d'exploiter un autre défaut du jeu présent lors des phases de procès, que j'évoquerai par la suite, à savoir le système totalement foireux de sauvegarde pendant ces phases.
Par ailleurs, je trouve assez dégueulasse de la part des programmeurs d'avoir choisi de supprimer purement et simplement la possibilité d'utiliser le micro pendant les phases de procès. Maintenant quand t'appuies sur Y, ça te propose d'utiliser une pièce SOS. Quel dommage.

-Les défauts inhérents à Layton. Honnêtement, j'ai fait toute la série des Layton avec un certain plaisir, mais par rapport à un Ace Attorney que je ne peux prendre en défaut au niveau du gameplay, Layton compte un certain nombre de points que je trouve aberrants et qui ont été portés dans ce jeu.
Par exemple, le système ultrapunitif des picarats. On vous annonce au début du jeu que chaque énigme va vous rapporter un certain nombre de ces points. Si vous ratez, vous n'en aurez pas autant. Et dans le cas d'un Layton, si vous ratez souvent, une fois vos 30 heures de jeu achevées, vous découvrez que vous n'avez pas débloqué tous les bonus. Je hais ce système. Mais, pour l'amour du travail bien fait, je m'efforce à chaque Layton d'obtenir l'intégralité des picarats, ce qui me force évidemment à résetter le jeu, à lire les indices (et à le résetter parce que je veux aussi garder mes pièces SOS), mais encore à consulter des solutions complètes. Ce jeu m'a forcé à en faire autant pour la partie Ace Attorney. Car en fonction de votre crédibilité restante à la fin d'une phase de procès, vous obtenez plus ou moins de picarats. Et il est impossible de sauvegarder résetter avec autant d'aisance que dans un AA, puisque quand vous le faîtes, vous ne vous retrouvez pas à la ligne où vous étiez, mais tout au début de la séquence de texte correspondante. C'est plutôt pas mal me direz-vous si vous sautez du texte et préférez le relire, mais pour ma part j'aurais préféré faire mes petites expériences de tribunal sans risque, puisque le risque de perdre de la crédibilité et donc des picarats est un réel frein à l'envie de jouer.


-La VF, parlons-en un peu. Certains trouvent les voix inégales. Je ne peux hélas qu'être d'accord. D'autres se plaignent du fait que Phoenix Wright vient d'Amérique, bon, ça à la rigueur c'est du détail, et puis s'il venait de France, faudra m'expliquer pourquoi Layton parle sa langue. (Je parlerai pas de la VO, ça vaut pas le coup.)
À l'époque les tests d'import se plaignaient que l'essentiel du jeu se résumaient à d'incessantes phases d'autocongratulation, "oh professeur vous êtes si doué", "non M. Wright c'est vous qui avez tout fait", "Oui mais n'oublions pas l'apprenti du professeur !", "oh mais vous étiez pas mal non plus Maya"... (allez lire Gamekult au pire, c'est le premier exemple qui me vient)
Attends un peu, quoi ? Je n'ai vu de telles effusions qu'à un seul moment du jeujustifié par le scénario. De deux choses l'une : Soit à ce niveau-là la localisation a surgéré, soit les testeurs imports étaient aigris. Choisissez ce qui vous arrange.Par contre la traduction en français me pose deux problèmes, que personne n'a semble-t-il jugé bon de souligner.
Premièrement, et personne ne me fera croire que ça vient de la VO, le niveau de langage de Phoenix est ultra revu à la baisse. Peut-être est-ce pour cela que certains l'ont trouvé complètement stupide et en dessous de ce à quoi on nous a habitué ? Mais c'est vrai, sans parler de la sous-intrigue ridicule et passablement gênante où il se prend pour un boulanger, Phoenix Wright, dans la VF, est un crétin incapable de faire une négation correctement. Combien de "ne" a-t-il employé au total dans le jeu ? Pas plus de quatre ou cinq, je suppose. Et encore, à un moment donné le doubleur lui donne un "ne" qui n'est pas dans le texte écrit :/ Cela rend le personnage infiniment moins crédible, en lui donnant un air passablement con.

Deuxièmement, et dans le cas présent ce n'est clairement pas imputable à la VF, qu'est-ce que c'est que ces émotions entre astérisques ?
Un exemple :


Si ce n'était qu'une seule fois. Mais chaque émotion donne lieu à ces espèces de... d'excréments horribles entre guillemets, qui donnent envie de baffer les personnes qui ont jugé bon d'ajouter un truc inutile, qu'on n'a jamais au grand jamais vu auparavant ni dans un seul Layton, ni dans un seul Ace Attorney. Y avait peut-être une raison hein, peut-être que les sprites et autres modèles 3D se suffisaient à eux-même pour donner de l'émotion ._______________________.-Et enfin, le crossover n'est pas assez poussé jusqu'au bout. On se serait attendu à trouver des énigmes en plein procès, ça n'arrivera qu'une seule fois. À la fin du jeu. On nous avait promis des énigmes dans lesquelles Phoenix objecterait car y aurait une contradiction empêchant de la résoudre, ça arrive une seule fois de tout le jeu, le jeu s'intitule Layton VS Wright, le VS n'arrive aussi qu'une seule fois. Tous les trucs les plus prometteurs existent, mais dans une quantité ridiculement petite qui ne parvient pas à satisfaire. Pour ma part, je trouve que c'est assez dégueulasse, c'est un peu comme si on te présentait un gros sac de bonbons en te disant "Mais attention tu n'en prends qu'un seul et le reste va à la poubelle" !  Franchement, sur ce point, je dois reconnaître que le crossover se merde en beauté, en ne proposant pas davantage de mélange. Attention, s'il n'avait proposé aucun mélange de ce type je n'aurais absolument rien eu à y redire, mon principal souci est qu'ils ont tenté de le faire une seule fois, je trouve ça dommage !
Sans parler du fait qu'Ace Attorney est un univers où le surnaturel existe, tandis que dans Layton le surnaturel n'existe pas. Du coup, on nous livre une fin largement supérieure à l'ensemble des fins des Layton (d'ailleurs ce jeu est supérieur à l'ensemble de la série Layton), mais tout de même assez faible par rapport aux standards des Ace Attorney. Ce n'est clairement pas dans ce jeu qu'on reverra le fantôme de Dahlia Plantule.

Honnêtement... C'est tout. Le jeu ne me pose aucun autre problème. Je vais maintenant vous expliquer pourquoi il est épique et parfait en tous points, une fois les défauts surmontés. Zvarri !


Passons sur les évidences : La bande sonore est formidable et les cinématiques sont magnifiques. Voilà.
Ensuite parlons un peu gameplay. Au cours du jeu, on est amené à alterner des phases Layton avec des phases Phoenix Wright. Dommage comme je le disais plus tôt que ce ne soit pas davantage mélangé; cela dit le résultat s'avère tout à fait plaisant. Les phases Layton sont beaucoup plus agréables que dans les Layton précédents, le fait de pouvoir zapper les résumés et mettre les pièces SOS en surbrillance y est peut-être pour quelque chose.

Concernant les énigmes, elles sont, à quelques exceptions cependant, bien plus faciles que dans d'autres opus. J'applaudis de vives mains l'absence totale d'énigmes mathématiques, c'était à mon sens le plus gros défaut de l'intégralité de la saga Layton, donc bon débarras ! Sans l'ombre d'un doute, les meilleures énigmes... Sont celles qui impliquent Phoenix Wright ou Maya Fey, bien entendu ! On n'en attendait pas moins après tout.

Les phases Ace Attorney sont la réelle nouveauté de ce volet. Avec Takumi aux commandes, on pouvait s'attendre à de nouveaux éléments de gameplay de très bonne facture, et il place effectivement la barre très haut. Les procès de sorcières sont menés de main de maître, et si on regrettera que le dossier de l'affaire ne dépasse jamais la dizaine de preuves, on appréciera les nouveaux mécanismes induits par le principe du témoignage multiple, pendant lequel vous pourrez interroger plusieurs témoins en même temps.
Le principe de sorcellerie est également impeccablement mis en place. Les sorts ressemblent finalement plus à des armes de crime qu'à autre chose, et la façon dont le grimoire qui les présente est fait est franchement assez cool, même s'il est dommage qu'il ne soit pas davantage utilisé.

Concernant les graphismes, la 3D de Layton est toujours égale à elle-même. Les personnages de style Phoenix Wright parviennent à s'intégrer sans trop de souci, même si Phoenix est beaucoup moins beau et fin que le Phoenix Wright de Dual Destinies par exemple - après je n'irai pas trop comparer, les deux jeux n'ayant pas été faits par la même équipe, mais bon, voilà.

Niveau scénario, Takumi nous pond une fois encore un script d'excellente facture. Beaucoup n'ont pas aimé la fin, comme je le disais plus tôt je la trouve bien plus intelligente que la fin de la plupart des Layton. La fin de Layton 6 notamment était assez pénible à voir, car si les cinématiques étaient agréables à l'oeil, on ne pouvait s'empêcher de vouloir incendier Level-5 pour cette repompe éhontée d'un célèbre film de Miyazaki. Quant aux fins des Layton précédents bah... Rien finalement de bien transcendant, à part peut-être la fin du troisième, mais encore, la scène finale du crossover parvient à la surpasser en tous points. Je ne comprends pas comment tout le monde peut être là en mode "c'est absurde, tiré par les cheveux, ça n'a aucun sens", bah ouais ça n'a aucun sens... Comme toutes les fins de chaque Layton en fait. Franchement, je tire mon chapeau à Takumi, qui a compris l'univers Layton au point de faire une fin totalement à la Layton, tout en y insufflant du drame comme jamais aucun Layton ne nous en a offert (à part le 3).Et puis y a les extras. Dommage, vraiment, que la liste des énigmes ne soit pas dispo dans le menu extra, il faut recharger une partie pour y avoir accès. Bah, ce n'est pas bien important.
Deux menus d'extras sont débloqués une fois le jeu terminé :
-Les extras en eux-même, images du jeu, cinématiques, clips vocaux et bande musicale complète, ce qui est tout à fait appréciable, puisque si Layton nous y avait habitué, Ace Attorney ne l'a jamais fait qu'une seule fois, dans une exclu Japonaise. Bien entendu, dans la plus pure tradition des Layton, il est obligatoire de rassembler un maximum de ces immondes picarats pour avoir accès à l'intégralité des bonus. Pour moi c'est bon.
-Et bien sûr le contenu supplémentaire téléchargeable. Je ne comprends pas pourquoi tout le monde appelle ça des DLC, c'est entièrement gratuit et ça n'a rien de neuf par rapport aux énigmes téléchargeables des Layton précédents. Par contre, pour en avoir fait quelques uns, je dois l'avouer, ce mode est mille fois plus intéressant que tous les modes d'après-jeu réunis de chaque Layton. Les personnages se retrouvent, racontent un peu ce qui se passe après l'aventure principale, brisent le quatrième mur en permanence, et vous soumettent diverses énigmes histoire qu'il y en ait un peu plus que 70. J'ignore combien de contenus seront offerts, mais je dois le dire, ce mode de jeu est incroyable et vaut largement le coup d'être vu. Sans parler du fait qu'on peut aussi, en plus, télécharger tout plein de croquis préparatoires du jeu.

Bref, Layton VS Wright s'avère plus que plaisant. Pour la première fois, un Layton me donne envie de le refaire plus tard, gage d'énorme qualité. Du côté Layton, le jeu est LARGEMENT supérieur à toute la série, proposant des énigmes pas trop dégueulasses et un scénario de folie pondu par l'as des scénaristes Japonais, Takumi. Du côté Ace Attorney, il reste bien en dessous des AAI2 (en même temps la barre de ce volet est indépassable), DD et autres T&T, mais n'est pas non plus une bouse digne d'un Justice For All comme certains aimeraient nous le faire croire. Au contraire, l'écriture est, j'insiste, formidablement magnifique, et Level-5 et Capcom nous livrent là un jeu qui mérite définitivement le statut de crossover du millénaire.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :rage: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :ema: :doute: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.