Phoenix Wright : Ace Attorney – Affaire 4 : Adieux et volte-face – Enquête : Jour 1

Menu de la critique :
Enquête – Jour 1

Procès – Jour 1 (à suivre, sortie le 26 décembre)


Bonjour à tous ! Nous nous retrouvons aujourd’hui pour la première partie d’enquête de l’affaire 4 de Phoenix Wright : Ace Attorney ! Merci à tous pour votre lecture !

ATTENTION ! CETTE CRITIQUE SPOILE L’AFFAIRE 4 DE PHOENIX WRIGHT : ACE ATTORNEY ! SI VOUS NE VOULEZ PAS ÊTRE SPOILER, N’ALLEZ PAS PLUS LOIN ! L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil, vous avez été prévenus !

Cliquez ici pour revenir au début de la critique si vous ne voulez pas vous faire spoiler

Nous commençons l’affaire par une cinématique plutôt étrange : un homme parlant avec un autre, puis l’un des deux sort un pistolet, dit « Joyeux Noël », et lui tire dessus. L’autre homme tombe de la rivière.

Mais que fait cet inconnu avec un pistolet ? C’est probablement le tueur… 

Le tueur serait-il donc Hunter ? C’est impossible…

Après la cinématique, nous nous retrouvons au cabinet d’avocats Wright & Co, en compagnie de Maya. Elle demande s’il y a des cascades d’eaux glacées dans le coin. Nous lui répondons qu’il n’y en a pas.

Nous apprenons par le biais de la télévision du cabinet qu’il y a eu un gros animal non identifié sur le lac Gourd, nommé Gourdy, en référence au monstre du Loch Ness, Nessie. Un bulletin d’information spécial arrive juste après : Un meurtre a eu lieu au lac Gourd. Un homme a été repêché ce matin au lac, et un suspect a été arrêté… Ce suspect, c’est Hunter !

Nous nous dirigeons alors immédiatement au centre de détention, où nous y rencontrons Hunter.

Nous lui demandons ce qu’il s’est passé, mais il refuse de nous répondre…

Nous lui demandons alors des informations sur le meurtre, et sur pourquoi il était au lac. Il nous dit qu’il était allé voir Gourdy. Il ne semble vraiment pas vouloir coopérer…

Nous présentons notre badge d’avocat et demandons si nous pouvons le défendre. Il refuse, malheureusement…

Nous nous dirigeons alors vers le lieu du crime, le lac Gourd, et nous y rencontrons l’inspecteur Tektiv.

Nous lui demandons ce qu’il s’est passé. Hier, à minuit quinze, il y avait une barque sur le lac Gourd. Dans cette barque se trouvaient deux hommes, et l’un deux a tiré sur l’autre avec un revolver, et le tireur était apparemment Hunter.  Il y avait aussi un témoin selon Tektiv. Nous lui parlons alors d’Hunter. Tektiv pense qu’il est impossible que Hunter ait commis le crime, et qu’il se moque qu’il y ait un témoin, il n’en croit pas un mot. L’inspecteur a confiance en lui, mais ce n’est visiblement pas le cas de la police : personne ne prends cette enquête au sérieux…

Nous lui parlons de notre demande à Hunter pour pouvoir être son avocat et aux refus des autres avocats. Comme c’est une célébrité et que si un avocat perdrait en le défendant, sa réputation en pâtirait, les avocats ne prennent pas de risques. De plus, les arguments contre lui sont quasiment irréfutables. Nous lui expliquons alors qu’Hunter a refusé notre défense, puis Tektiv dit qu’il ne comprends pas pourquoi.

Nous lui parlons enfin du témoin. Tektiv ne peut malheureusement pas divulguer son identité. Également, le témoin aurait tout vu, et ça n’arrange pas vraiment nos affaires… Elle sera apparemment au procès de demain, et c’est le seul témoin que l’accusation possède. Les inspecteurs ont passés tout le lac au peigne fin, au cas où ils trouveraient des témoins supplémentaires.

Après avoir discuté avec lui,  un autre inspecteur dit que le poste où Tektiv travaille a appelé, et qu’ils veulent un briefing de l’enquête. Nous lui demandons avant qu’il parte si le rapport d’autopsie a été rédigé. Malheureusement, non : il faudra repasser le voir plus tard au poste…

Nous nous dirigeons donc vers la plage publique du lac Gourd. En examinant un peu, nous trouvons un lanceur de confettis et le prenons. Nous nous dirigeons ensuite vers les bois du lac Gourd.

Après quelques bêtises de Maya, qui déclenche un appareil photo avec un lanceur de confettis, nous rencontrons une campeuse.

Nous lui demandons ce qu’il s’est passé, mais elle ne daigne répondre. Nous lui montrons alors notre badge d’avocat, et disons que nous enquêtons pour un meurtre. Nous découvrons que son nom est Éva Cozésouci, et qu’elle est là pour photographier des pluies de météorites pour un projet de recherche.

Nous lui redemandons ce qu’il s’est passé. Apparemment, elle n’était pas au courant du meurtre, et elle a peut être vu la barque en question.

Nous lui demandons alors ce qu’elle fait dans la vie. Elle fait de la recherche à la Faculté Régionale, situé en plein cœur de la région où se situe le jeu, et elle est arrivée ici il y a trois jours. Comme elle l’a déjà dit, elle photographie des météorites.

Nous lui parlons enfin de son appareil photo. Il est apparemment fabriqué en Allemagne. Apparemment, il est programmé pour ne réagir qu’aux gros bruits. L’appareil est ajouté au dossier de l’affaire, et nous lui présentons ce fameux appareil.

Comme la victime a été tué avec un revolver, qui fait pas mal de bruit, l’appareil a peut être pris en photo le moment du meurtre ! Elle va alors vérifier sa pellicule, et nous nous dirigeons vers la division des affaires criminelles du commissariat de la ville, où nous y rencontrons l’inspecteur Tektiv.

Nous lui parlons de la victime. Apparemment, elle n’a toujours pas été identifiée, et M.Hunter n’a rien dit.

Nous lui parlons alors de cette fameuse réunion, mais il ne peut pas en parler. Ils pensent tous que Hunter est coupable, et ça ne nous aide pas…

Tektiv nous demande alors de soutenir Hunter, pour lui rendre service. Selon lui, seul nous deux pouvons aider Hunter à le sortir du gouffre. Il pense également qu’il a une « bonne raison pour ne pas parler ».

Nous lui demandons alors pourquoi il fait aussi confiance à Hunter. Ils ont apparemment un rapport professionnel « fort », tout les deux. Ils se font confiance et ça fonctionne bien. Comme nous le savions déjà, Hunter fait condamner tout les accusés quand il s’occupe de leurs cas en tant que membre du ministère public (càd en tant que procureur). Selon lui, même s’il utilise des méthodes extrêmes parfois, ce n’est pas pour rien ! Il fait confiance aux inspecteurs, et c’est que ceux qu’ils arrêtent, ce sont les bonnes personnes, et c’est pour ça qu’il « mets les bouchées doubles », parce qu’il doit gagner la confiance que Hunter lui accorde.

Nous lui parlons enfin du rapport d’autopsie, et nous le recevons (puis nous l’ajoutons dans le dossier de l’affaire). Maya déclare après avoir reçu le rapport d’autopsie qu’elle a déjà rencontré la victime : une information qui pourrait s’avérer très intéressante.

Nous retournons au cabinet, et montrons le rapport d’autopsie à Maya, qui identifie la victime : c’était un avocat qui travaillait au cabinet Rosenberg.

Nous nous dirigeons après au bois du lac Gourd, où nous y rencontrons Éva, qui nous apprends que l’appareil photo a pris deux photos la nuit dernière. Elle nous montre une des photos. On peut y voir deux hommes, dont l’un viser l’autre, mais malheureusement il y a trop de brouillard pour savoir qui c’est.

Cette photo lui a d’ailleurs rappelé quelque chose : elle a vu le meurtre. C’est elle le témoin de l’affaire ! Elle dit alors qu’elle va « tout raconter aux flics » et part.

Nous allons donc à la plage publique, et nous y rencontrons un Père Noël…

Mais qui est donc cet homme ?

Encore lui…

Nous demandons donc à Paul ce qu’il s’est passé. Paul semble être assez ému… Apparemment, ils étaient dans la même classe en primaire…  Nous lui parlons donc d’Hunter.

Wright, Paul et Hunter étaient dans la même classe en primaire, et ils trainaient tout le temps ensemble. Hunter passait apparemment son temps à étudier, pour devenir « comme son père », qui était… Avocat de la défense ?

Quand Maya fait la remarque que Hunter est procureur et pas avocat de la défense, Paul dit qu’il voulait toujours « défendre les faibles sans défense ».

Nous lui parlons enfin des « hot-dog Samouraï ». Il dit que les gosses raffolent de ces hot-dogs, et que depuis ce « scoop », il y a beaucoup plus de clients qu’avant.

Ce scoop, c’est Gourdy. Il parle de ce monstre dont nous avons entendu précédemment l’existence à la TV, et nous montre un article parlant de ce fameux Gourdy. Apparemment, la personne qui a pris la photo a déclaré avoir entendu un bruit d’explosion et avoir vu quelque chose glisser. Nous lui empruntons l’article et nous retournons dans le centre de détention présenter la photo donnée par Eva à Hunter, qui déclare alors que ce n’est pas lui qui a tiré sur la victime.

Nous lui demandons s’il est innocent, et il nous demande alors de ne pas se mêler à cette affaire. Il ne veut pas de notre aide.

Nous nous dirigeons alors vers le cabinet d’avocats Rosenberg. Nous lui parlons de ce qu’il s’est passé. Il semblerait qu’il ne soit pas au courant de l’affaire…

Nous lui présentons le rapport d’autopsie, et il déclare avoir déjà vu cet homme avant. C’était un avocat à son cabinet. Il se nommait Jean Durand. Nous lui demandons qui est il. Il était apparemment l’avocat de l’affaire DL-6. La police était tellement dépassée par cette affaire qu’elle a fait appel à une voyante. Eh oui  : C’est l’affaire qui concernait la mère de Mia !

Nous lui parlons de l’affaire DL-6. Misty Fey avait réussi à entrer en contact avec la victime et le témoignage de celui-ci a réussi à faire arrêter un homme. Mais M.Durand l’a fait acquitter et le suspect a été innocenté.

Nous apprenons également une information très importante pour la suite…

Cela a dû certainement traumatiser son fils…

Rosenberg nous passe alors une photo de Misty Fey et nous dit de la montrer à Hunter pour qu’il nous dise tout sur cette affaire. Nous nous dirigeons donc vers le centre de détention pour lui montrer.

Hunter semble impressionné par l’avancée de notre enquête. Nous apprenons qu’il a refusé notre défense afin que nous ne sachions pas ce qu’il s’est passé dans l’affaire DL-6, et s’excuse d’avoir donné l’impression que nous n’étions pas à la hauteur.

Nous lui parlons donc de cette affaire DL-6. L’affaire DL-6, comme nous le savions précédemment, concernait l’affaire de la mort du père d’Hunter. Apparemment, il aurait été témoin de la mort de son propre père. Un suspect a été arrêté lors de cette affaire mais a été innocenté par Jean Durand.

Nous apprenons cependant que dans trois jours, il y aura prescription sur cette affaire.

Nous lui parlons du suspect. Il est introuvable en ce moment, il s’est « évanoui dans la nature » après son procès. Pas étonnant, quand on est accusé de meurtre…

Enfin, nous lui parlons de son père. Comme nous l’avions appris précédemment, c’était un avocat, nommé Henri Hunter. Apparemment, il était très célèbre à l’époque, et il voulait -enfin, peut être, nous n’avons pas eu la confirmation d’Hunter-, suivre sa voie.

Puis, tout à coup, changement de sujet et retournement de veste de la part d’Hunter : Il demande si nous pouvons le défendre. Malgré cette demande plutôt surprenante, nous acceptons.

Bon, eh bien, c’est officiel : Nous allons être l’avocat de la défense d’Hunter.

Tout à coup, un étrange événement surgit…

Bon sang, c’est bien la dernière chose à laquelle on devrait s’attendre !

Le tremblement de terre se calma après quelques secondes. Hunter semblait roulé en boule, par terre. Pas étonnant : Le tremblement de terre qui a indirectement causé la mort de son père a dû le traumatiser !

Nous décidons alors de partir vers la Division des Affaires Criminelles du commissariat. Après une petite engueulade avec Tektiv, nous lui demandons qu’est ce qu’à dit Mme.Cozésouci dans sa déposition. Tektiv nous dit, sans surprise, qu’elle a déclaré qu’elle a vu Hunter tirer, et qu’elle avait une photo pour le prouver -la photo qu’elle nous avait montré précédemment-. Cependant, nous faisons remarquer à Tektiv que la photo en elle même ne prouve rien : le brouillard est en effet trop présent pour que la personne portant le pistolet puisse être distinguée. Elle a dit qu’elle allait faire un agrandissement. On risque de voir Hunter en plein action, avec une preuve irréfutable, c’est plutôt mal pour nous…

Apparemment, Mme.Cozésouci sera la seule à témoigner dans le procès de demain : quelqu’un se serait rétracter…  Nous lui parlons vite fait du procès de demain. Le constat est clair : nous sommes dans une mauvaise posture, entre un témoin ayant vu le meurtre et une preuve qui peut devenir irréfutable…

Mais bon, nous nous reprenons, et décidons de parler d’Hunter à Tektiv. Il ne sait pas encore que nous sommes devenu son avocat, et nous dit qu’on est les seuls à pouvoir l’aider, etc…

Nous lui montrons alors la requête d’Hunter. D’abord un peu surpris, Tektiv semble très content ensuite, et nous remercie. Puis il nous parle alors du tremblement de terre qu’il y a eu il y a peu. Il semblerait s’inquiéter pour nous… Ou pas. Il s’inquiétait surtout pour Hunter, et va alors le voir afin de le rassurer. Nous faisons alors vite fait le point sur l’affaire, puis nous rentrons alors au cabinet, en attendant le procès du lendemain…

A suivre…

Revenir en haut de la critique

Ce contenu a été publié dans Critiques Phoenix Wright : Ace Attorney. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :doute: :cool: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.