Phoenix Wright : Ace Attorney – Affaire 3 : La volte-face du samouraï (Critique et découverte).


Bonjour à tous ! Voici ma troisième découverte-critique, sur l’affaire 3 de Phoenix Wright : Ace Attorney, j’ai nommé, la volte face du samouraï !

Comme vous avez pu le remarquer, je ne mets plus les qualités défauts dans une sorte de liste, mais je mets des phrases expliquant ce que j’ai trouvé bon ou pas. Si vous voulez revenir à l’ancienne, s’il vous plait faites le moi savoir que je puisse adopter les modifications !

Bref, nous allons commencer, merci à tous pour votre lecture !

Menu de l’affaire :
Enquête 1 – Jour 1
Procès – Jour 1
Enquête – Jour 2
Procès – Jour 2
Enquête – Jour 3
Procès – Jour 3
Critique de l’affaire

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 3 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, VOUS POUVEZ LIRE LA SUITE. L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Nous commençons avec une cinématique plutôt intéressante, avec deux personnages. L’un se nomme le Samouraï d’Acier, et l’autre, le Juge Sans-Cœur.

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__21872

C’est probablement un dessin animé…

Nous nous retrouvons au cabinet d’avocat Wright & Co (anciennement Fey & Co si vous avez suivi les critiques précédentes). Nous apprenons que la cinématique avant le début de l’affaire était un extrait d’un épisode d’une série, nommée « Le Samouraï d’Acier : Guerrier du Nouveau-Vieux Tokyo ». Nous apprenons ensuite que le Samouraï d’Acier, enfin, celui qui le joue, a été arrêté pour meurtre.

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__23750.png

Hrm…

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__23763.png

…Cela pourrait être un possible nouveau client, non ?

Suite à un appel de la part de ce fameux Gustavo Lonté (enfin, on suppose que c’est Lonté qui a fait l’appel), nous nous dirigeons au centre de détention. Nous y trouvons une personne… Un peu étrange. Pas dans les attentes de Maya, en tout cas.

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__24410.png

Le pauvre…

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__24544.png

…Il a l’air vraiment sincère.

Nous discutons donc avec Lonté sur ce qui s’est passé. Apparemment, à 17 heures, lors de la répétition générale, les membres de l’équipe de Global Studios (l’équipe produisant la série), ont découvert le Juge Sans-Cœur mort par terre, embroché par le sabre du Samouraï. Ils lui ont retirés le masque et ont découvert Jacques Hammer.

Nous en apprenons plus également sur le Samouraï d’Acier. C’est le personnage principal de la série à son nom, il arpente apparemment les rues du Nouveau Vieux Tokyo (une ville de la série), combattant contre le Juge Sans-Cœur (antagoniste principal de la série). Il ne parvient jamais à vaincre le Juge Sans-Cœur indéfiniment, toutefois.

Nous demandons à Lonté son alibi pour le meurtre. Il est arrivé à Global Studios à 9 heures, où lui et Hammer ont travaillés quelques scènes d’actions jusqu’à midi. Il était en retard pour la répétition générale, suite à sa petite sieste après le déjeuner. Hammer avait couru aux studios et il a retrouvé les membres de l’équipe en état de choc. Étant le dernier arrivé aux studios, il a été immédiatement arrêté et amené au centre de détention.

Après cette discussion avec Lonté, nous nous dirigeons vers l’entrée principale du studio.

Nous y rencontrons une vieille femme, Flavie Eïchouette. Une véritable pipelette et fan d’Hunter, elle deviendra un personnage récurrent de la trilogie et des spin-off.

Nous lui demandons des informations sur ce les studios. Apparemment, il y a 10 ans, le studio était à son âge d’or. La victime, Hammer, était très connue à cette époque. Maintenant, selon elle, il en est réduit à jouer les bandits.

Ensuite, nous lui demandons des informations sur l’accusé, Gustavo Lonté. Elle insinue que Lonté est très certainement coupable.  Puis nous demandons des informations sur Jacques Hammer. Apparemment, lors de l’âge d’or du studio, Hammer jouait un rôle dans une série nommée « Samouraï Dynamite ». Mais un accident a eu lieu il y a 5 ans, pendant un tournage,ce qui a entraîné l’arrêt de son travail dans cette série. Il est maintenant recalé à jouer les antagonistes, en étant très mal payé.

Enfin, nous lui demandons le motif de Flavie pour soupçonner Lonté. Elle répond qu’elle se trouvait à l’entrée du studio hier, lors du drame, de 13h à 17h, lorsque le corps a été découvert. Elle dit ensuite que chaque personne devant entrer dans le studio doit passer par elle, étant donné qu’elle est le chef de la sécurité. Également, elle déclare « qu’une seule personne est passé entre 13h et 14h30, lorsque le crime a eu lieu, et cette personne était M.Lonté ». Selon elle, si c’est la seule personne à être entré dans les studios, c’est forcément lui.

Suite à cette conversation, la dame nous demande de circuler. Nous devons donc lui montrer une demande officielle de Lonté pour accéder aux studios.

Nous nous dirigeons donc au centre de détention pour demander à Lonté de nous rédiger la demande officielle.

Nous en profitons pour lui redemander son alibi, au vu des faits exposés par la dame de la sécurité tout à l’heure. Il déclare avoir bien dormi pendant la période où Flavie a vu Lonté. Il semblerait qu’il y ait une nouvelle contradiction dans cette affaire…

Bref, nous lui parlons alors de Flavie, afin d’obtenir la demande officielle. Apparemment, la dame de la sécurité réussit à obtenir des faveurs de la part des « gros bonnets du studio », selon les dires de Lonté.

Nous obtenons enfin la demande ! 

Nous retournons donc à l’entrée de Global Studios afin de présenter et remettre le document reçu précédemment à la dame de la sécurité, qui nous laisse donc entrer.

Maya récupère entre temps les plans du studio au poste de garde, qui est ajouté dans le dossier de l’affaire.

Nous nous dirigeons donc vers l’extérieur du studio un, où nous y rencontrons l’inspecteur Tektiv.

Nous lui parlons de l’enquête, et nous recevons le rapport d’autopsie (à jour cette fois ci, héhé), et discutons avec lui du motif de l’arrestation de Lonté. L’inspecteur déclare alors que le meurtre a eu lieu dans le studio un, que la victime est entrée au studio un à environ 13 heures (jusque là nous le savions déjà), et qu’à ce moment, il n’y avait personne d’autre aux studios que la victime (première nouvelle), et que la victime est décédée aux alentours de 14h30 (seconde nouvelle). Également, une seule personne s’est rendue aux studios entre 13h et 14h30, cette personne étant Gustavo Lonté, ce qui concorde avec les dires de la dame de la sécurité. Un argument qui n’arrange pas vraiment notre défense…

Enfin, nous lui parlons de la dame de la sécurité. Comme Lonté nous l’avait dit, Flavie fait de la « lèche aux représentants de l’autorité », ce qui explique la position de Tektiv quand à Flavie. Apparemment, Flavie lui aurait remis une pièce à conviction « de premier ordre ». Nous lui en demandons plus sur cette fameuse preuve. Apparemment, c’est une photo du Samouraï d’Acier se dirigeant vers les lieux du crime.

 

En fait, la caméra que nous voyons au dessus prends en photo toute personne entrant dans les studios, ce qui explique pourquoi il y a une photo et pourquoi Tektiv est catégorique concernant le fait que personne n’est venu pendant le laps de temps du meurtre à part Lonté. 

Suite à cette conversation, nous nous dirigeons une nouvelle fois vers l’entrée principale du studio. La dame de sécurité semble être à son poste…

Ou pas. Elle vient nous voir quelques secondes après que Maya ait fait cette remarque. Nous lui parlons alors de la fameuse preuve photo qu’elle a donné à l’inspecteur, puis du motif du soupçon (une nouvelle fois…). Nous apprenons que Hammer est allé au studio peu avant 13 heures, mais nous ne découvrons rien d’autre dans la conversation (enfin, rien qui n’a pas été dit avant).

Nous lui reparlons de Hammer. Nous apprenons qu’il a également joué dans une série, nommée le « Samouraï barbu », et qu’Hammer n’apprécie pas sa rétrogradation en antagoniste du Samouraï d’Acier…

Enfin, nous lui parlons de la caméra situé à l’extérieur du studio un. La caméra informe à la dame de sécurité  quiconque rentre dans l’extérieur du studio un. Elle prends une photo de la personne, et enregistre l’heure à laquelle elle a été prise (information que nous possédons déjà cependant).

Après cette petite conversation, nous nous dirigeons vers la zone des employés. Nous y trouvons notamment la loge de l’accusé, Lonté, et nous y allons.

Nous fouillons donc (illégalement encore une fois, merci Wright), la loge. Nous y trouvons son sac, avec, à l’intérieur, sa carte magnétique, qui lui donne accès au studio un. Nous l’empruntons (encore un vol), et nous retournons dans la zone des employés. À la gauche de cette zone, nous y trouvons une grille métallique retirée.

Un passage qui aurait pu servir au vrai criminel pour se diriger vers le studio ? (si le conduit est relié au studio 1, bien évidemment).

Nous nous dirigeons vers l’extérieur du studio 1, et examinons la porte d’entrée du studio. La clé magnétique nous déverrouille les portes du studio. Nous avons accès à une nouvelle zone : la scène du crime.

Une fois dans la zone, nous examinons l’emplacement du corps de la victime, puis à la caméra du studio. Nous rencontrons une assistante à Global Studios.

Nous lui parlons du jour du meurtre. Apparemment, l’assistante a passé toute la journée au studio, ce qui lui donne un alibi pour le meurtre. Elle était également la seule assistante sur les lieux. Nous lui parlons ensuite de Gustavo Lonté. Elle aussi ne savait pas que Lonté dormait dans sa loge : elle n’y rentre jamais sauf pour divulguer des messages urgents.

Puis la femme nous divulgue une information assez intéressante : elle aurait « senti » la présence d’une personne vers midi, et ce plusieurs fois. « Quelqu’un de l’extérieur » elle suppose.

Pourtant, s’il était venu, la dame de sécurité l’aurait remarqué, mais ce n’est pas le cas.

Nous retournons donc voir la dame de la sécurité, pour lui parler de cette « présence ».

Elle semble bien énervée suite à notre question…

Suite à notre demande, la dame de la sécurité part, sans répondre à notre question, qui était « Êtes vous sûre que seul une personne est passée pendant le laps de temps que vous nous avez donné ? »

Nous fouillons alors le poste de garde, plus précisément l’ordinateur du poste de garde. Nous essayons alors d’utiliser l’ordinateur, en écrivant le numéro de code de la caméra. L’ordinateur imprime alors les photos prises le jour même. Nous y trouvons une personne affublée du costume du Samouraï d’Acier, qu’on suppose être la photo de Gustavo Lonté entrant dans le studio un. La date, l’horodatage et le nombre de photo nous indique qu’il y a certainement eu d’autres photos le même jour. Encore un détail que nous pourrons utiliser lors du procès !

La photo de Lonté ayant été ajoutée au dossier de l’affaire, la journée est maintenant finie. Nous nous retrouverons demain pour le procès au tribunal fédéral…

À suivre…

 

Bonjour à tous ! Nous nous retrouvons pour la deuxième partie de cette critique de l’affaire 3, consacrée au premier jour de procès !  Merci à tous pour votre lecture !

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 3 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, VOUS POUVEZ LIRE LA SUITE. L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Cliquez ici pour retourner au début si vous ne voulez pas vous faire spoiler

Nous nous retrouvons donc à la salle d’audience du tribunal fédéral. Après un bref exposé des motifs de l’accusation, toujours représentée par le procureur Benjamin Hunter, l’accusation appelle alors son premier témoin, l’Inspecteur Tektiv.

L’inspecteur nous fait alors un bref résumé de l’affaire : Les acteurs ont répétés leurs scènes d’action le matin du meurtre, à la zone des employés. La dame de la sécurité travaillant aux studios est arrivée à 13 h le jour du meurtre. Après le poste de sécurité, nous pouvons trouver un portail où se trouve derrière les studios. Enfin, il y a le studio numéro un, où le corps a été découvert.

Le jour du crime, seul trois personnes étaient présentes : La victime, Jacques Hammer, l’accusé, Gustavo Lonté, et l’assistante de production. Jusqu’à midi, tout le personnel de production se trouvait dans la zone des employés. Après le déjeuner, la victime s’est rendue au studio un. Juste après, à 13 h, la dame de la sécurité est arrivée à son poste. À 17 h, le personnel est allé au studio un pour faire une répétition générale. La répétition a finalement été annulé dû à la découverte du corps de Hammer.

L’heure du décès est estimé à 14h30. Également, le « Sabre de Samouraï » trouvé dans la poitrine de la victime s’est révélée être l’arme du crime. Sur ce détail, l’inspecteur finit son résumé de l’affaire.

L’arme du crime est ajoutée au dossier de l’affaire, et l’accusation appelle son second témoin : Flavie Eïchouette, la dame chargée de la sécurité, et sur une… Brève introduction…

Hunter semble être très déstabilisé par la présentation du témoin…

…VRAIMENT déstabilisé.

…Bref, sur la brève introduction, la déposition de Mme Eïchouette commence.

Dans ce témoignage, Mme Eïchouette déclare être arrivée au poste de sécurité à 13 h. Hammer et les autres avaient répété depuis le matin, et elle déclare ne pas pouvoir être venue le matin même car elle était occupée. Elle est restée à l’entrée principale de 13 h à 17 h. Enfin, elle accuse Lonté dans son témoignage car elle l’a vu arriver aux alentours du moment du meurtre.

Le contre-interrogatoire commence, et nous trouvons immédiatement la contradiction…

Ce n’était pas Lonté qui était allé au studio, mais un homme qui portait le costume du Samouraï d’Acier ! Il est donc impossible de déterminer si l’accusé était rentré pendant ce moment. 

Nous objectons immédiatement à cette remarque, en expliquant la contradiction…

Cependant… Mme Eïchouette possède apparemment une preuve qui permet de déterminer que l’accusé était la personne dans le costume. Cela ne nous arrange pas…

Le témoin fait alors sa déposition : Ce matin, lors de la répétition, elle a vu Lonté trébucher et casser un de ses accessoires. Il s’était également fouillé la cheville. Or, selon elle, si on regarde attentivement la photo, on peut voir que l’homme en costume « traîne la patte », ce qui prouverait que l’homme en question est bien Lonté.

Nous commençons donc notre contre-interrogatoire. En attaquant un peu ses propos, nous découvrons que l’accessoire cassé était l’arme du crime, le Sabre de Samouraï, et qu’il avait été réparé grossièrement, à l’aide de scotch. Nous notons ce détail dans le dossier de l’affaire, et reprenons le contre-interrogatoire.

Après quelques questions, Hunter demande au juge de faire cesser notre contre-interrogatoire. Le juge pose une question suite à cette demande : Où est le costume du Samouraï d’Acier ?

Hunter réponds alors qu’il n’a pas réussi à mettre la main dessus, mais qu’il le recherche activement. Et puis, de toute façon, ça n’a aucune importance, selon lui. En effet, selon lui, comme le témoin à déclaré avoir vu le Samourai d’Acier et que selon lui, Lonté est le Samouraï d’Acier, il n’y a pas besoin de justifier plus. Nous objectons à cette remarque : On ne peut vraiment pas savoir si Lonté était dans le costume, cela pouvait être un imposteur.

Hunter objecte à notre objection, en demandant au témoin de faire un nouveau témoignage, ce qu’elle fait. Elle fait la même contradiction dans sa déposition…

Comme dit précédemment, il est impossible de déterminer si la personne arrivée était Gustavo Lonté… De plus, ce n’est pas la seule photo prise. Au dos de la photo, nous pouvons voir que c’est la deuxième photo prise.

Après avoir expliqué la contradiction, la dame de la sécurité déclare qu’une autre personne est en effet entrée dans les studios. Elle témoigne alors à ce sujet : Elle a également pour charge de vérifier les photos et de « jeter » les photos inutiles, ou qui ne paraissent pas louche.

Nous attaquons son témoignage, nous apprenons que l’autre personne étant entrée était un fan.

Nous objectons à cette remarque. Précédemment, la dame de la sécurité avait déclaré avoir fermé la porte principale, afin que personne ne puisse entrer. Sauf qu’il y a une seconde entrée possible…

En effet, la zone de canalisation relie l’extérieur à la zone des employés, sauf que depuis quelques temps, la grille de canalisation ne tient plus. Comme la canalisation mène à l’extérieur, ils s’en servent pour entrer.

Le problème, c’est que… La personne qui était sur la première photo était « un gosse » selon la dame de la sécurité. Nos espoirs d’un véritable coupable pris en photo s’envolent…

Sur cette information, une suspension d’audience est donnée pendant cinq minutes.

Pendant la suspension, Lonté nie toujours avoir quitté son studio. L’affaire n’avance pas : Nous ne savons toujours pas qui est cet homme dans ce costume…

Mais nous apprenons un nouveau détail : Le costume de Samouraï  était dans un coin dans sa loge, donc n’importe qui qui aurait pu s’infiltrer dans la longe de Lonté aurait pu voler le dit-costume.

La stratégie change : Il faut maintenant gagner du temps, et pour se faire nous allons viser un autre suspect, jusqu’à ce qu’une suspension d’audience d’une journée soit accordée.

Le procès reprends. Selon l’accusation, rien n’a changé : L’autre personne prise en photo était un « gamin » de 10 ans. Certes, la preuve photo donnée par la dame de la sécurité n’est pas indiscutable, mais il ne reste qu’un seul suspect dans l’affaire : Gustavo Lonté. L’accusation demande donc à ce que l’accusé soit reconnu coupable.

Nous ne sommes pas d’accord avec les réflexions de l’accusation : Il y a une autre personne qui aurait pu commettre le crime !

Nous devons maintenant désigner un suspect… La dame de la sécurité peut très bien être un suspect ! Elle a eu l’occasion de voir la blessure de Lonté, c’est elle qui a l’autorisation de supprimer les photos ou de modifier les informations de l’ordinateur… Bref, elle pourrait faire un suspect parfait dans l’affaire !

Également, elle n’a pas d’alibi, elle était seule, personne ne peut donc infirmer notre déclaration ! Elle aurait pu prendre quelques minutes pour quitter son poste, prendre le costume pour éviter que la caméra prenne une photo d’elle, et commettre le crime !

Hunter n’objecte pas. L’accusation ne peut pas objecter : Elle n’a pas de preuves.

Nous continuons donc notre plaidoirie : Le même raisonnement qui a été utilisé pour jeter des doutes sur Lonté est également utilisable sur la dame de la sécurité !

Elle dit cependant qu’elle n’aurait pas de mobile pour tuer Hammer. Mais Lonté non plus n’en a pas.

La dame de la sécurité fait encore une autre objection : Le « gamin » aurait pu commettre le crime, selon elle.

Sauf que nous possédons une preuve qui permet de prouver que le « gamin » n’est pas l’assassin. La carte magnétique.

En effet, pour accéder au studio un, il faut une carte magnétique spéciale, donnée uniquement aux membres de l’équipe de Global Studios. Comment un enfant n’ayant aucun rapport avec les studios aurait pu se procurer une clé ?

Suite à notre plaidoirie, la suspension d’audience sonne pour la journée. Nous avons enfin le temps d’enquêter pour désigner un autre suspect !

…En fait, non. La dame de la sécurité a encore quelque chose à dire avant la suspension : on lui avait demandé de ne pas parler sur un sujet en particulier, elle doit donc faire un nouveau témoignage…

Apparemment, il y avait d’autres personnes dans les studios, mais Global Studios lui avait demandé de ne rien dire à ce sujet, car « ils n’avaient rien à voir avec l’affaire ».

Nous commençons donc notre contre-interrogatoire en l’attaquant sur son témoignage. Nous possédons une nouvelle information : Ces « autres personnes présentes » étaient le réalisateur et la productrice. Le réalisateur est resté toute la matinée dans la zone des employés pour la répétition, et a rejoint la productrice vers midi pour avoir une réunion, dans le mobile-home du studio deux.

Plus besoin de continuer le contre-interrogatoire : nous avons appris que d’autres personnes étaient à Global Studios dans la journée. Cependant, nous ne les avons pas rencontrés ni interrogés, il est donc impossible de donner un verdict pour l’instant !

La suspension d’audience est donc officiellement annoncée (sans objections cette fois), et nous possédons un jour de plus pour chercher des preuves pouvant désigner un autre coupable !

À suivre…


Bonjour à tous ! Nous nous retrouvons pour la troisième partie de cette découverte-critique, consacrée au deuxième jour d’enquête de l’affaire 3 de Phoenix Wright : Ace Attorney. Merci à tous pour votre lecture !

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 3 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, VOUS POUVEZ LIRE LA SUITE. L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Cliquez ici pour retourner au début de la critique si vous ne voulez pas vous faire spoiler

Après une petite discussion avec Lonté et Maya, nous nous dirigeons au centre de détention, pour avoir une autre discussion avec Lonté.

Nous parlons avec lui du « jeune fan ». Selon lui, il n’y a pas beaucoup de gens qui s’introduisent illégalement dans les studios, comme la dame de la sécurité est assez… Strict avec eux.

Ensuite, nous lui parlons du réalisateur. Lonté confirme sa présence le matin du meurtre. Il dirigeait la chorégraphie du Samouraï d’Acier et du Juge Sans-Cœur.

Après cette petite discussion (malheureusement inutile), nous nous dirigeons vers la zone des employés de Global Studios. Maya casse la grille réparée précédemment par l’assistante, et nous retournons à l’entrée principale, où nous la croisons justement.

Après avoir eu une petite discussion avec elle, nous nous dirigeons au studio deux. Nous entendons quelque chose se casser, et nous nous dirigeons immédiatement au mobile-home du studio deux. Malheureusement, c’est fermé à clef. Nous nous dirigeons alors dans la loge , où nous croisons une personne… Plutôt louche.

Mais qui est donc cette personne ?

Après une… Brève introduction du personnage, nous lui demandons ce qu’il sait du jour du meurtre. Selon lui, c’est un jour comme les autres : Il a assisté à la répétition et est allé au studio deux pour la fameuse réunion, qui a duré de midi à 16 h passées. S’il dit la vérité, cette réunion lui donne un alibi, encore faut il le confirmer…

Nous lui parlons ensuite de la productrice, puis des « gros bonnets » des studios, composés du patron, des sponsors, et des gens de la production. Ils sont arrivés en limousine vers midi.

Après cette discussion, nous revenons à l’entrée des studios, où nous y trouvons Flavie Eïchouette, la dame de la sécurité, qui semble assez… Énervée.

Bref, après cette petite rencontre, nous revenons à la zone des employés, où nous croisons une personne plutôt jeune. Certainement le « gamin » qui a été mentionné au procès d’hier. Il se nomme Kévin Miron, et nous tentons une discussion avec lui, en lui parlant du Samouraï d’Acier, mais il ne semble pas vraiment coopératif. Nous lui demandons alors ce qu’il s’est passé. Il a apparemment « tout vu » et dit que le « Samourai d’Acier gagne toujours. Mais là aussi, il ne se montre pas très coopératif : Il refuse de nous en parler, puis s’enfuit.

Nous remarquons qu’en prenant la fuite, il a fait tomber de la table une… Bouteille vide.

Nous la glissons dans notre poche et retournons à l’entrée principale, où il n’y a bizarrement personne. La dame de la sécurité manquant à l’appel, nous fouillons le poste de garde pour prendre les clefs du studio deux.

Nous nous dirigeons vers le studio deux, où nous ouvrons la porte, fermée à clef jusque là, du mobile-home avec la dite clef. Nous entrons donc dans le mobile home, où nous y trouvons une jeune femme en train de fumer. Peut être la productrice…

Elle demande alors nos noms, et nous nous présentons. Puis elle se présente : Elle se nomme Dee Vasquez, et est en effet la productrice des lieux.

Nous lui posons des questions sur le jour du meurtre, mais elle détourne le sujet en disant qu’elle cherche un scénario. Nous lui parlons ensuite du Samouraï d’Acier et du réalisateur, mais elle parle toujours de son scénario. En partant, elle nous donne une feuille, que nous devons donner au réalisateur.

Nous retournons à la loge de Lonté, pour donner la note de Vasquez à Monello. Malheureusement, il ne le trouve pas : c’est donc à nous de le chercher.

Nous le trouvons finalement à l’intérieur du studio un, sur la chaise du réalisateur, et nous nous dirigeons au mobile-home pour le donner à Vasquez. Elle se décide enfin à nous parler du jour du meurtre. Nous apprenons que personne n’étant au mobile-home pour la réunion n’a pu sortir de celui ci, le chemin étant bloqué. Le jour du meurtre, des rafales de vents ont fait tomber la tête de M.Baboon, la mascotte des studios, et ont bloqués le passage menant au studio un. L’équipe technique n’a commencé à déplacer la tête qu’à partir de 15 heures et a été dégagée à 16h, or le meurtre ayant été fait à approximativement 14h30, les personnes étant à la réunion ont un alibi, étant donné qu’ils étaient coincés dans le mobile-home.

Nous disons cependant que la tête aurait pu être tombée après 14h30, mais la productrice nous amène à l’extérieur du studio un. Avant que la tête ne tombe et se casse, elle disait l’heure. En regardant sa tête, nous remarquons que l’horloge intérieure s’est arrêtée à 14h15, donc avant le meurtre. Après avoir fait remarqué ce fait, la productrice part, et nous revenons au cabinet Wright & Co, afin d’élaborer une stratégie pour le procès. En revenant au cabinet, nous remarquons que Maya s’est « transformée » en Mia, comme dans la première et deuxième affaire. Selon Mia, une avons une piste, nommée Kévin Miron. Si on réussit à le convaincre de parler, il pourrait peut être nous aider…

Nous retournons donc à l’entrée des studios, où nous croisons Flavie Eïchouette. Elle dit avoir un « otage », un certain objet que possédait l’écolier. Nous lui parlons de l’écolier et du réalisateur, mais nous n’obtenons aucune information intéressante. Nous allons donc dans la zone des employés, où nous y croisons l’écolier. Il se dirige dans la loge, nous l’attrapons et Mia semble lui avoir convaincu de parler.

Nous lui parlons donc du Samouraï d’Acier, puis de ce qu’il s’est passé, mais il ne semble pas être coopératif. Il nous faudrait un objet l’intéressant pour obtenir des informations…

Nous revenons à l’entrée principale pour donner la clé magnétique du studio un à la dame de la sécurité. Elle avait en effet demandé à pouvoir voir l’endroit où est mort Hammer, et nous possédons l’objet qui permet d’accéder à sa demande. Elle nous passe alors des images à collectionner du Samouraï d’Acier.

Nous revenons à la loge pour passer les cartes à l’écolier, mais il ne semble pas vraiment intéressé.

Nous nous dirigeons au mobile-home, où nous croisons l’assistante. Nous lui présentons les cartes obtenues précédemment, et elle souhaite nous les échanger contre une carte Ultra-Rare-Premium. Nous acceptons et partons vers la loge.

Nous  donnons la carte UPR à Kevin et il semble beaucoup plus enthousiaste…

Nous lui parlons vite-fait du Samouraï d’Acier, puis passons au sujet le plus intéressant : Ce qu’il sait du meurtre.

Il est arrivé vers deux heures de l’après midi, il a dû passer par la forêt et s’est perdu à l’intérieur de celle ci. Puis il donne une déclaration assez… Accablante pour nous.

Aie. Coup dur pour Wright.

On peut penser avec cette déclaration que le Samouraï d’Acier, donc Gustavo Lonté, est coupable.

Nous étions sur le point de décider de ne pas le faire comparaitre afin d’éviter quelques problèmes, mais l’inspecteur Tektiv surgit alors : Il a tout entendu, et ce n’est pas bon pour nos affaires…

Sur une petite discussion avec Mia, où elle nous demande si nous croyons en M.Lonté, la journée se finit…

À suivre…


Bonjour à tous, aujourd’hui nous nous retrouvons pour la quatrième partie de cette critique de l’affaire 3 de Phoenix Wright : Ace Attorney ! Merci à tous pour votre lecture !

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 3 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, VOUS POUVEZ LIRE LA SUITE. L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Cliquez ici pour retourner au début de la critique si vous ne voulez pas vous faire spoiler

Nous nous retrouvons donc au tribunal, dans la salle des accusés. Après une brève discussion avec Lonté et Mia, nous sommes dans le tribunal fédéral. L’accusation fait un bref exposé des motifs et appelle à la barre Sal Monello. Il témoigne sur ses faits le jour du meurtre.

Nous commençons donc le contre-interrogatoire. Nous l’attaquons sur son témoignage afin d’avoir plus d’informations. Après avoir pas mal insisté sur son témoignage, nous trouvons une contradiction.

En fait, il avait effectivement dit plus tôt qu’il avait mangé une côtelette lors d’une pause. Sauf qu’il dit aussi que personne n’est sorti de sa chaise lors de la réunion : C’est contradictoire…

Après avoir exposé la contradiction, le témoin témoigne, suite à notre demande, de ce qu’il s’est passé pendant la pause.

Le contre-interrogatoire commence, et après avoir attaqué quelques phrases du témoin, Hunter intervient : Pour lui, à ce stade du témoignage, il est évident que ceux qui se trouvaient dans le mobile-home n’ont rien à voir avec le crime, car ils leur étaient apparemment impossible de se rendre sur les lieux, à cause de la tempête.

Le juge nous demande alors si nous devons laisser tomber ou non la possibilité que quelqu’un du mobile-home puisse avoir fait le crime. Nous répondons que non, c’est impossible. La tête de M.Baboon barrait la route !

Le juge déclare alors qu’il manque une « preuve irréfutable pour condamner M.Lonté ». L’accusation possède cette preuve : Le témoin, Kévin Miron…

La séance est suspendu pendant 10 minutes.

Après une brève discussion entre Mia, Lonté et nous, la séance reprends. Comme nous l’avions supposé, c’est Kévin Miron qui est appelé à la barre.

Après une brève présentation, Kévin témoigne alors sur ce qu’il a vu.

Notre contre-interrogatoire commence alors. Nous l’attaquons sur plusieurs parties de son témoignage. Nous découvrons une contradiction dans son témoignage…

Pourquoi n’avait il pas son appareil photo avec lui ? Il avait dit pourtant qu’il l’amenait tout le temps.

Nous exposons donc la contradiction, et Kévin fait alors un nouveau témoignage sur ce qu’il a vu. Puis nous commençons notre contre-interrogatoire et attaquons son témoignage.

Après avoir attaqué son témoignage, nous remarquons qu’il est assez évasif dans sa description des faits, notamment sur le combat…

Une claque du Samouraï ? Il ne semble vraiment pas précis dans sa description du combat…

Nous soumettons alors à la cour le fait suivant : Si Kévin a peut être regardé le combat, il a raté la partie la plus importante : Le coup fatal !

Le juge nous demande alors pourquoi Kévin n’a pas vu l’issue du combat. Nous lui répondons alors que c’est parce qu’il a voulu prendre une photo, mais qu’il ne sait malheureusement pas se servir de son appareil !

Nous demandons alors que Kévin témoigne au sujet de l’appareil photo, ce qu’il fait. Le contre-interrogatoire commence alors…

Après avoir attaqué et insisté sur son témoignage, qui disait à la base qu’il n’avait pas pris de photo, le témoin admets alors qu’il en a pris une. Nous trouvons alors une nouvelle contradiction…

Il les avait effacés ? Pourtant, dans son livre, il mettait TOUTES les photos des combats remportés par le Samouraï d’Acier.

Nous découvrons alors une énorme vérité dans l’affaire : Si Kévin a effacé les photos, ce n’est pas parce qu’il les as ratés, mais parce que le Samouraï d’Acier a perdu !

Selon lui, le Samouraï d’Acier est tombé par terre et ne bougeait plus. Pourtant, si c’était Gustavo Lonté qui serait venu en tenue du Samouraï, il ne serait plus de ce monde… Comment expliquer cette contradiction ? C’est très simple. Nous avons tous commis une énorme erreur depuis le début. La personne qui était en tenue du Samouraï n’était pas l’accusé, Gustavo Lonté, mais la victime, Jacques Hammer !

Il aurait attendu, après avoir déjeuné dans la zone des employés, que l’accusé dorme afin de lui voler son costume !

Kévin intervient alors. Il aurait apparemment gardé quelques données sur son appareil photo. Une preuve qui pourrait être cruciale pour nous !

Kévin nous montre la preuve, et en effet il y a un élément incohérent dans la photo !

On peut voir le signe « 2 » en haut. Or, tout le monde pensait que la personne dans le costume s’était rendue dans le studio un, ce qui n’est pas le cas !

Nous expliquons alors la contradiction : Hammer, en costume du Samouraï d’Acier, s’est rendu au studio deux, et non pas au studio un, ce qui annule les alibis des personnes étant au mobile-home : Le crime pouvait être commis là bas. Également, cela donne un alibi aux personnes qui étaient au studio un au moment des faits, notre accusé Lonté peut donc être non coupable !

Hunter nous demande alors de prouver que Hammer a volé le costume, ce que nous faisons en présentant les somnifères trouvés dans le studio un. Hammer avait drogué Lonté afin qu’il s’endorme pour lui voler le costume du Samouraï d’Acier ! Nous proposons pour le prouver que la cour relève les empreintes du flacon, afin de déterminer si celles de Hammer était présentes sur le flacon.

Sur cette découverte, la séance est suspendue jusqu’à demain.

À suivre…


Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous nous retrouvons pour la cinquième partie de l’affaire 3 de Phoenix Wright : Ace Attorney, consacrée au 3ème jour d’enquête ! Merci à tous pour votre lecture !

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 3 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, VOUS POUVEZ LIRE LA SUITE. L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Cliquez ici pour retourner au début de la critique si vous ne voulez pas vous faire spoiler

La journée d’enquête commence après le procès, dans la salle des accusés. Nous avons une petite discussion avec Lonté pour le procès, puis nous nous retrouvons au centre de détention afin de lui parler de l’affaire.

Nous lui parlons d’abord de la productrice Vasquez, puis de Monello. Apparemment, c’est une génie dans le métier. Elle a sauvé, comme dit précédemment, Global Studios de la faillite. Monello, lui, s’est fait connaître justement grâce à Vasquez, et se fait apparemment manipuler par elle…

Enfin, nous lui parlons de la victime. Apparemment, il a refusé d’un coup, sans raison, tout les gros rôles. Pile au moment où Vasquez est arrivé à Global Studios. C’est étrange…

Sur cette fin de conversation, nous nous dirigeons à l’entrée principale de Global Studios, où nous y trouvons Flavie Eïchouette, la dame de la sécurité.

Après une petite discussion, où nous n’apprenons rien d’intéressant, nous nous dirigeons vers la zone des employés, où nous y rencontrons l’inspecteur Dick Tektiv.

Nous lui parlons de l’assiette contenant du somnifère. Il fait apparemment des tests pour vérifier la présence de somnifère dans l’assiette, et le test réagit à l’assiette.

Nous lui demandons également comment va Hunter. Il serait apparemment enragé à la suite du procès. Pas étonnant, en sachant que le procès ne va pas dans son sens…

Tektiv confirme au passage que la victime a bien drogué Lonté afin qu’il dorme. Nous en profitons pour lui demander comment avance l’enquête. Il répond que c’est une vraie pagaille : Certains pensent que la police devrait changer de suspect, et d’autres garder les poursuites contre Lonté. Tektiv, lui, n’est plus convaincu de la culpabilité de Lonté dans l’affaire.

Nous nous dirigeons vers la loge, où nous y rencontrons l’assistante. Elle nous apprends que Lonté ne se servira plus de sa loge s’il est innocent, car cette semaine est tourné le dernier épisode du Samouraï d’Acier…

Nous lui parlons d’abord de ce « dernier épisode ». L’assassin de Hammer à signé l’arrêt de mort du Samouraï d’Acier, et Global Studios vont arrêter de faire des séries pour enfant. Nous lui demandons pourquoi. Elle dit que les gros bonnets du studio ne veulent plus entendre parler de cette série, et oublier que tout ceci a eu lieu. Ils veulent étouffer l’affaire, en somme. Nous lui parlons des règles du studio. Elle dit que la série finira par être oubliée, et nous la contredisons avec l’album de Kévin : Les enfants sont fans du Samouraï d’Acier, et ce n’est pas prêt de changer !

Nous lui parlons ensuite de M.Hammer. Apparemment, il y avait une rumeur comme quoi la productrice Dee Vasquez avait une emprise sur Hammer. Elle savait des choses sur lui et le faisait chanter. Il y a environ cinq ans, ils tournaient un film dans le studio deux qui venait à peine d’ouvrir. Il y a eu un accident pendant le tournage, et depuis, ils n’ont jamais ré-utilisé le studio deux, et ont laissé le plateau tel quel.

Nous lui parlons enfin de l’accident. Il y a cinq ans, quelqu’un était mort par la faute d’Hammer, et la productrice a réussi à étouffer l’affaire, et c’est pour cette raison que Hammer suit à la lettre les ordres de Vasquez. Apparemment, Mme Eïchouette en sait plus sur cette affaire.

Nous allons donc la voir pour lui parler de ce fameux accident. Nous apprenons donc le nom de l’assistante : Iseult Rosentz. Elle nous demande alors si nous avons une preuve que Hammer a volé le costume de Lonté, et nous en avons une : La bouteille de somnifère. Elle nous demande comment prouver que le somnifère à été utilisé sur Lonté. Nous possédons aussi cette preuve : L’assiette de Lonté, qui a réagit au produit détectant du somnifère.

Elle décide donc de parler de cette affaire. Il y a 5 ans, il y a eu un accident mortel, et un paparazzi a pris une photo, qui a fait sensation. Vasquez avait des liens avec la mafia, et elle a fait taire ce paparazzi (en le tuant, on suppose)… A partir de ce moment là, elle a forcé le respect aux studios.

Elle nous donne alors la photo de cet accident. Nous pouvons y voir un inconnu, empalé dans le grillage servant de décoration au jardin du mobile-home du studio deux.

La photo de cet accident tragique…

Nous nous dirigeons a l’extérieur du studio deux, pour montrer cette photo à Vasquez. Elle souhaite en parler dans le mobile-home. Elle déclare que la carrière de la victime a mal tourné tout seule, et qu’elle n’a rien empêché du tout.

Vasquez explose de rage après que Maya a dit que ce n’était qu’un accident. Elle déclare que personne n’en est sûr. Puis elle dit que l’unique exemplaire de la photo se trouve entre nos mains, et la réclame. Maya déclare que la photo est une précieuse pièce à conviction. Vasquez appelle des garçons, et nous trouvons des hommes de la mafia.

Serait-ce la fin de Wright ?

…Eh non. Tektiv intervient alors que nous étions sur le point de mourir, et amène Vasquez au poste. Il nous parle rapidement, et la journée se termine sur cette tentative d’assassinat…

À suivre…


Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous nous retrouvons sur la dernière partie de cette affaire, consacrée au troisième jour de procès de l’affaire 3 de Phoenix Wright : Ace Attorney ! Merci à tous pour votre lecture !

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 3 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, VOUS POUVEZ LIRE LA SUITE. L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Cliquez ici pour revenir au début de la critique si vous ne voulez pas vous faire spoiler.

Nous nous retrouvons donc à la salle d’audience. Après un bref exposé des motifs de la part d’Hunter, et appelle la productrice à la barre. Elle témoigne sur ce qu’il s’est passé dans le studio deux ce jour là.

Le contre-interrogatoire commence alors après son témoignage. Nous attaquons celui-ci, et découvrons une contradiction…

Aucun gros os n’a été trouvé dans la zone des employés, là où Monello et Vasquez étaient censés manger pendant la pause. Cela prouve qu’elle n’a pas mangé ! 

Nous exposons la contradiction et nous démontrons que Vasquez a jeté la côtelette dans l’incinérateur. Elle objecte alors, et déclare qu’elle n’avait pas la force de tuer Hammer avec le Sabre du Samouraï. Nous objectons alors : Le sabre n’est pas l’arme du crime !

En effet, celui ci était trop abimé pour pouvoir tuer quelqu’un avec. Nous disons alors quelle est l’arme du crime. C’est le grillage du mobile-home du studio deux, le même qui a tué cet inconnu lors de l’accident d’il y a cinq ans !

Elle demande alors comment le corps a pu être transporté entre le mobile-home du studio deux et le studio un, en passant du costume du Samouraï à celui du Juge Sans-Cœur, en quinze minutes qui plus est !

Nous soulevons alors le fait qu’elle aurait pu utiliser un autre moyen pour transporter le corps. Ce moyen, c’était le fourgon ! Il aurait fallu placer le corps dans le fourgon, puis le glisser dans le costume, et elle n’aurait pas pu le faire seule.

Vasquez dit alors que nous avons gagné, mais que nous avons seulement prouvé qu’il est possible qu’elle ait tué Hammer. Nous n’avons malheureusement pas de preuves irréfutables…

Après une objection d’Hunter, Vasquez témoigne sur ce qu’il s’est passé après la découverte du corps.

Le contre-interrogatoire commence après sa déposition, et nous commençons à l’attaquer.

Étonnement, après avoir attaqué son témoignage, Hunter fait une objection à la déposition du témoin. Si Vasquez pensait ne pas pouvoir faire la répétition (elle l’a dit à une partie de son témoignage), c’est parce qu’elle savait que le meurtre avait lieu !

Vasquez objecte à cette remarque et ajoute un détail dans son témoignage, qui se révéla être une contradiction…

Ce n’était pas Hammer qui était blessé, mais Lonté !

Après avoir exposé la contradiction à la cour, Vasquez nous demande le possible mobile pour tuer Lonté. Mais il n’y en avait pas.

Nous montrons la photo de l’accident d’il y a cinq ans en tant que mobile, mais ce n’en est pas un : C’est Hammer qui avait une raison de tuer Vasquez. Et s’il était venu la voir, c’était pour la tuer ! Elle l’a poussé en tant que légitime défense.

Elle semble enfin craquer !

Apparemment, c’était l’amant de Vasquez qui était mort il y a cinq ans, ce qui explique pourquoi elle l’a fait chanter…

Après que le juge ait délivré le verdict non coupable, nous discutons un peu avec Lonté, qui demande pourquoi Hammer voulait lui faire porter le chapeau. Nous répondons que c’est parce qu’il est le Samouraï d’Acier. Hammer était une grande star, autrefois, mais il en a été réduit à jouer les méchants pour une série pour enfants, et les enfants adoraient le Samouraï d’Acier, donc il le détestait.

Hunter vient nous voir après avoir parlé à Lonté, et nous le remercions : C’est en grande partie grâce à lui que nous avons prouvé que Lonté était innocent. S’il n’était pas intervenu, le vrai coupable ce serait enfui…

Nous apprenons également qu’Hunter et Wright se connaissaient avant, sans plus de détails.

Nous pouvons voir ensuite dans l’épilogue de l’affaire qu’une nouvelle série pour enfants, « La Princesse Rose » est sortie, ce qui montre que Global Studios est revenue sur sa décision d’arrêter les séries pour enfants.

Fin.



Critique de l’affaire : 

Côté enquête, l’affaire était vraiment pas mal. Assez difficile pour que je puisse être bloqué par moments, assez prenante pour pouvoir la suivre jusqu’au bout, mais quand même un peu longue.

Côté procès et côté de l’affaire plus en général, j’ai adoré. Le procès était vraiment entraînant, comme d’habitude, les réactions de Hunter étaient vraiment pas mal, et les témoins vraiment cool ! Concernant la thématique, elle aborde le souhait de vengeance chez les gens, la position de la mafia, bref pas mal de sujet sérieux.

Le problème, et il revient encore une fois, c’est l’assistanat de Wright. C’est vraiment un problème récurrent dans la série : il est toujours assisté, et on ne peut jamais voir son véritable potentiel, et je trouve cela vraiment dommage…

Également, je trouve l’affaire un peu trop longue, ce qui affecte un peu sa qualité

NOTE : 7/10 – Une très bonne affaire, malheureusement un peu gâché encore une fois par l’assistanat que Wright se prends, et par sa longueur. Je conseille néanmoins cette affaire, qui se révèle être très intéressante, et aborde une thématique sérieuse.


Voilà, cette critique de l’affaire 3 est maintenant finie, merci à tous pour l’avoir lue !

Je me cherche encore un peu dans l’écriture, donc je suis désolé si ça ne plaît pas à certains, mais j’espère quand même que vous apprécierez la lire, malgré sa longueur !

Vous pouvez me conseiller d’autres méthodes d’écritures des affaires ou des critiques, j’accepte au passage toute les critiques !

Bref, encore merci, passez une bonne journée, et à bientôt !

À suivre…

Ce contenu a été publié dans Critiques Phoenix Wright : Ace Attorney. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Phoenix Wright : Ace Attorney – Affaire 3 : La volte-face du samouraï (Critique et découverte).

  1. Ken69 dit :

    Impeccable! Merci pour ce résumé! Cela me rappelle de bons souvenirs de l’expérience du jeu.
    Le format est correct et propre, j’attends la suite avec impatience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :doute: :cool: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.