Phoenix Wright : Ace Attorney – Affaire 2 : La volte-face des sœurs (Critique et découverte).


Bonjour à tous ! Voici ma seconde découverte-critique, celle de l’affaire 2 de Phoenix Wright : Ace Attorney, j’ai nommé, la volte face des sœurs !

Petit changement maintenant, la critique se fera ou se résumera à la fin de l’article, le reste étant un résumé de l’affaire, merci de lire à la fin si vous voulez voir la critique ! Également, la découverte est divisée en plusieurs parties, sur plusieurs pages : phase d’enquête, de procès, puis encore d’enquête et de procès. Pour être sûr que personne ne se fasse spoiler, je remets le message de bienvenue et d’avertissement à chaque page.

Encore une fois, j’ai changé mon style d’écriture sur certains points, soyez indulgents, c’est mes premières critiques !

Voici le résumé si vous voulez lire plus rapidement :
Enquête – Jour 1
Procès – Jour 1
Enquête – Jour 2
Procès – Jour 2
Critique de l’affaire

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 2 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, VOUS POUVEZ LIRE LA SUITE. L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

L’affaire débute sur une conversation entre une dénommée Maya, encore inconnue à ce jour, et Mia.

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__28791

Mais de quoi cette dénommée Maya et Mia peuvent elles donc parler ?

Phoenix apparaît dans le cabinet Fey & Co. Nous découvrons donc, via la cinématique précédente, que Mia a été assassinée par un certain Redd White.

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__6029

Mais quelles sont donc les circonstances autour de ce meurtre ?

Nous débutons donc la scène d’enquête. Une scène assez intéressante : nous devons examiner les objets qui se trouvent dans la salle afin de pouvoir trouver plus d’informations, voire même de trouver des pièces à convictions !

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__6803

L’option Examiner de la scène de crime. Vous devez désigner des objets et appuyer sur « Examiner ». Sur certaines scènes, il y a plusieurs endroits à examiner, dans ce cas vous aurez des flèches pour vous rediriger (voir en bas).

Nous faisons connaissance donc avec l’interface d’enquête (dont vous obtiendrez des informations plus détaillés plus tard dans cette critique). Nous rencontrons également l’inspecteur Dick Tektiv, qui sera très important pour la suite du jeu.

Suite à une pièce à conviction l’accusant du meurtre (une feuille de papier avec écrit « Maya » en lettre de sang dessus), Maya se fait arrêter par Tektiv et se retrouve au centre de détention, où nous pourrons avoir une discussion nous permettant d’en savoir un peu plus d’elle. Nous découvrons notamment qu’elle est médium, et qu’elle appartient à une famille assez douée dans le spiritisme.

Quelques discussions plus tard avec Tektiv et après quelques récupérations de pièces à convictions, nous nous retrouvons à l’hotel Gatewater, pour retrouver Masha Vril, une des témoins de l’affaire.

0395 - Phoenix Wright - Ace Attorney (E)(Legacy)__32412

Notre cher avocat semble très intéressé par le témoin !

Pour faire une petite parenthèse sur ce personnage, Masha Vril est le témoin oculaire du meurtre de Mia Fey, la victime. Wright la remarque quand il souhaite appeler la police lors de la découverte de l’assassinat. Mais nous reviendrons sur ce personnage plus tard.

Nous partons ensuite voir Samuel Rosenberg, l’avocat qu’à conseillé Mia à Maya en cas de problèmes. Cependant, il refuse de nous défendre, pour une raison qui nous est encore inconnue.

Mais pour quelle raison M. Rosenberg refuse il donc le dossier ? Nous le saurons plus tard dans l’affaire…

En discutant avec l’avocat, nous apprenons quelques informations sur Mia, et nous apprenons également qu’il possède un tableau de très forte valeur, pour une raison là aussi inconnue.

Nous retournons ensuite voir Maya, en lui annonçant le refus de la part de M. Rosenberg. S’ensuit une petite discussion, accompagnée d’un thème assez triste, dans laquelle nous apprenons l’importance de la famille Fay et un ennemi de la mère de Maya, se nommant « White ». Possiblement le Redd White que nous avons entendu dans la cinématique d’introduction de l’affaire.

Nous nous dirigeons une nouvelle fois vers l’Hôtel Gatewater, dans lequel nous découvrons un groom, le groom de l’hôtel.

Wright commet également son premier crime : une fouille illégale dans un espèce qui lui est interdit d’accès.

Le premier crime de Wright, qui est avocat de la défense. Saura-il le garder secret ?

Ce crime aura permit à Wright de découvrir une bande d’écoute téléphonique, qui sera ajouté au dossier de l’affaire. Une pièce à conviction qui risque de nous être très utile pour le procès…

La journée se termine sur cette pièce à conviction. Nous commençons le procès, et vous  trouverez son contenu sur la prochaine page…

À suivre…

Bonjour à tous ! Voici la deuxième partie de la découverte-critique, qui est consacrée au premier jour du procès ! Merci à tous pour votre (possible) lecture !

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 2 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, CLIQUEZ SUR « LIRE LA SUITE ». L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Nous nous retrouvons donc au tribunal, avec Phoenix Wright d’un côté, et Benjamin Hunter de l’autre. Hunter est un procureur apparemment très expérimenté, qui n’a jamais perdu d’affaire jusqu’à maintenant. Des rumeurs se propagent comme quoi il utiliserait des pièces à convictions falsifiées… C’est également un ancien ami de Wright.

Après un très bref exposé des motifs, l’accusation appelle son premier témoin, qui se trouve être l’inspecteur Dick Tektiv, que nous avons rencontré plus tôt.

Au dessus, la carte montrant la scène du crime. L’objet entouré au milieu de tout ces décombres est le corps de Maya Fey. L’inspecteur Tektiv explique donc très rapidement comment le crime s’est passé.

Ensuite vient la déposition de l’inspecteur Tektiv, dans laquelle il explique les raisons de l’arrestation de Maya Fey.

Un témoignage plutôt accablant, que nous devons réfuter afin d’éviter la condamnation de Maya.

Nous réussissons à déstabiliser l’inspecteur sur le premier témoignage, concernant cette « preuve irréfutable », qui n’est que le témoignage de Mme Vril. Son autre témoignage consiste en la note ensanglantée qui a été trouvée à côté de la victime.

Apparemment, la victime aurait écrit le nom de son assassin avant de mourir. C’est cependant impossible : le rapport d’autopsie révèle que la victime est « morte instantanément ». Nous trouvons donc notre première contradiction de l’affaire !

Après l’objection sur cette contradiction plutôt flagrante, nous découvrons que le rapport d’autopsie que nous possédons est faux. Hunter présente alors le nouveau rapport d’autopsie : la victime a pu survivre quelques minutes avant de mourir, ce qui serait suffisant pour écrire la note ensanglantée.

Une pièce à conviction qui risque de nous être fatale si on ne réussit pas à trouver d’autres contradictions…

Le second témoin est alors appelé : Masha Vril, le témoin oculaire de l’affaire, qui va témoigner de ce qu’elle a vu.

La contradiction se retrouve dans ce qu’à vu Mme Vril : elle aurait visiblement vu le physique de Maya avant ses vêtements, qui sont pourtant assez rare et qu’on ne voit pas tout les jours.

Un deuxième témoignage se fait alors : elle corrige ses erreurs et raconte les détails les plus précis. Un peu trop précis même…

Comment pouvait-elle savoir que la statue était une pendule ? Cela n’a jamais été dit dans l’affaire.

Après avoir objecté, nous commençons à sérieusement déstabiliser le témoin. Elle ne peut visiblement pas répondre à notre question, qui est : « Comment savez vous que cette statue était une pendule ? » Auquel elle a d’abord répondu « J’ai entendu la pendule sonner ». Ce qui cependant impossible : Nous savons que le mécanisme de la pendule a été retiré, pour insérer des preuves apparemment vitales pour Mia.

Hunter fait alors objection à cette remarque : Le mécanisme aurait pu être enlevé pendant ou après le meurtre. Néanmoins, nous savons grâce à la conversation entre Mia et Maya que ce n’est pas le cas : Mia avait demandé à Maya de venir pour récupérer la statue du Penseur avec les preuves, et cette demande avait été formulée le matin avant le meurtre.

Hunter n’était visiblement pas au courant de la pièce à conviction que nous possédons.

Mme Vril dit alors qu’elle a déjà vu cette pendule dans un magasin, ce qui explique pourquoi elle a associée la statue à une pendule. Or c’est impossible : ces deux statue-pendules ont été fabriqués par Paul, et seul deux exemplaires existent dans le monde : Celui que possède Mia, et l’arme du crime, qui a été stockée en tant que pièce à conviction de la dernière affaire.

Le témoin semble donner sa véritable apparence après toutes ses contradictions…

Nous profitons de toutes ses contradictions pour accuser Mme Vril de meurtre.  Accusation qui se révéla fausse suite à une objection de Hunter : lors du meurtre, elle avait demandé un service de chambre, et le groom de l’hôtel confirme cette version. Nous répondons donc à sa place comment elle a pu entendre la pendule, avec la pièce à conviction obtenue plus tôt (et illégalement, Wright fait donc son deuxième crime en présentant une pièce à conviction obtenue illégalement à ses fins) :  le dispositif de mise sur écoute.

Hunter fait immédiatement objection à cette remarque : selon lui, même dans la conversation téléphonique, il n’a jamais été mentionné que l’arme du crime est une pendule. Ce qui est faux puisque dans la conversation il a été mentionné que la statue est une pendule.

Nous réussissons donc à prouver que Masha Vril a mis sur écoute Mia Fey illégalement. Nous demandons alors immédiatement les raisons qui ont entraîné cette mise sur écoute. Raison que nous n’obtenons étonnement pas.

Après avoir accepté  la condition de Hunter (qui est que si le témoin, grâce à son témoignage, ne mets pas en doute l’alibi de Masha Vril, la défense devra assumer le fait qu’elle est innocente et que Maya soit déclarée coupable), le groom vient alors à la barre.

Le groom témoigne alors sur la validité de l’alibi de Masha Vril.

Mais qu’est ce que Mme Vril et le groom ont fait entre eux ?

Le contre-interrogatoire se terminant étant donné que nous n’avons trouvé aucune contradiction. Nous posons une toute dernière demande au groom : Celle de nous parler une nouvelle fois du service de chambre. Il a apparemment apporté un café glacé, qui coûte 18 euros, à 21 h pile, selon la demande Masha Vril. Nous découvrons ensuite qu’il y avait deux personnes dans la chambre de Mme Vril, ce qui est un témoignage vital pour l’affaire.

Au passage, le groom a mentionné que Hunter lui avait demandé de ne rien dire si on ne lui faisait pas de demande précise.

Les méfaits d’Hunter sont mis en évidence, et ça n’a pas l’air de lui plaire…

Sur cette découverte de ce « second homme », le procès est  interrompu jusqu’à nouvel ordre.

À suivre…


Bonjour à tous ! Nous nous retrouvons aujourd’hui pour la troisième partie de cette critique, qui est consacrée au deuxième jour d’enquête. Merci à tous pour votre lecture !

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 2 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, VOUS POUVEZ LIRE LA SUITE. L’auteur décline toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Cliquez ici pour retourner au début de la critique pour ne pas se faire spoiler

Nous nous retrouvons à la salle d’attente du tribunal, parlant quelques temps avec Maya, qui nous félicite et nous parle très vite de l’affaire.

Ensuite, nous nous retrouvons au centre de détention, pour poser quelques question à Mme  Vril : sur l’homme qui l’avait accompagné, sur l’écoute téléphonique qu’elle a faite et sur son comportement. En vain : la femme refuse complètement de coopérer.

Nous nous dirigeons donc vers l’Hôtel Gatewater, où nous rencontrons le groom qui a témoigné la veille… Et qui étonnamment, nous remercie de l’avoir mis dans la gêne, car selon lui « L’hôtel Gatewater aura une réputation inégalée, et moi aussi par ailleurs ».

Nous lui posons des questions sur Mme Vril, et l’homme qui l’accompagnait.

Belle remarque de Wright.

Apparemment, si nous possédions une photo de l’homme en question, le groom serait capable de l’identifier. Une information qui risque d’être assez importante pour la suite de l’enquête.

Après quelques questions sur l’hôtel et une fouille assez rapide de la chambre, nous nous dirigeons vers le cabinet d’avocat Rosenberg. Un détail apparaît lors de notre arrivée : le tableau, d’une valeur de 3 millions, a mystérieusement disparu.

Dans son cabinet, nous découvrons deux photos, nommées : « Affaire DL-6 – Pièce à conviction A » et « Affaire DL-6 – Pièce à conviction B ». Nous nous penchons sur la pièce à conviction A, où nous découvrons une photo d’une jeune femme, inconnue à nous.

Wright commet encore un crime : vol de pièces à convictions…

Nous regardons de plus près la pièce à conviction B, où nous trouvons une photo d’un jeune homme, que nous décidons de garder.

Nous retournons alors à l’Hôtel Gatewater pour présenter la photo au groom. Nos doutes se confirment : la photo représente l’homme qui a accompagné Masha Vril. Le groom fait une déclaration sous serment de cette déposition, et nous retournons au centre de détention.

Nous présentons la déclaration sous serment et nous insistons sur ce point. Nous découvrons alors que l’homme en question se nomme Redd White, et qu’il est président d’une société de collecte d’informations, se nommant Bluecorp.

(NB : Si vous décidez de la rassurer au lieu d’insister sur le choix, il faudra se diriger vers le cabinet d’avocat Rosenberg afin de présenter la photo de White pour obtenir ces informations.)

Nous nous dirigeons donc au siège de Bluecorp, plus précisément dans le bureau du PDG. Nous y trouvons bizarrement le tableau à 3 millions qui était manquant dans le cabinet d’avocat Rosenberg. Nous rencontrons alors ce fameux Redd White. Nous lui posons des questions sur sa relation avec Mme Vril. Apparemment, il n’était pas au courant de ce que faisait Mme Vril et ne cautionne pas ses actes. Nous lui posons aussi des questions sur ses actes pendant la soirée du meurtre.

Ce qu’il dit est inquiétant. Si on continue dans cette ligne, cela pourra nous coûter très cher.

Ensuite, nous lui demandons des détails sur son entreprise, Bluecorp. Apparemment, cette société vend et achète différents types d’informations, une « société du futur », selon lui. Il nous explique enfin l’origine de Bluecorp. Nous lui posons des questions sur le fameux tableau derrière lui. En réaction à cette question, il nous menace et nous frappe…

Son arrogance n’a aucune limite…

Suite à ses propres dires, nous nous dirigeons au cabinet d’avocat Rosenberg, pour demander à son propriétaire quelle est l’histoire avec le tableau.

Avant cela, nous lui posons des questions sur le procès d’aujourd’hui. Il nous remercie pour avoir aidé Maya.

Nous lui demandons également les raisons de son refus, mais il s’obstine à ne pas répondre. Enfin, nous parlons de cette histoire avec M. White. Nous découvrons que M. White fait chanter l’avocat. Nous apprenons également que White intimide et menace tout le monde afin de gagner de l’argent. White manipule Rosenberg depuis « l’affaire DL-6 », dont nous avons reçu deux pièces à convictions précédemment. Le refus était donc lié à White : s’il aurait défendu Maya, il « l’aurait détruit », selon ses dires.

Nous en apprenons plus sur l’affaire DL-6 : M. Rosenberg a reçu une demande d’une « voyante », dont le nom était Misty Fey, la mère de Mia et Maya. La mère de Mia avait, apparemment, à la demande de la police, « enquêté » sur le meurtre, mais elle avait échoué, et la police avait crié à l’imposture, ce qui avait entraîné la mauvaise réputation de la mère de Mia et qui a probablement entraîné son retrait.

Nous lui demandons le motif du chantage, et nous découvrons que c’est par le biais de Rosenberg que White a reçu l’information : il l’avait en effet corrompu avec des objets de valeurs pour recevoir une telle information. Une fois que White a divulgué ses informations à la presse et que la police à secrètement enquêté sur qui avait vendu la mèche, il est revenu voir Rosenberg pour le faire chanter. Il nous dit également que si nous souhaitons faire tomber White, il faudrait que l’on fouille les effets personnels du cabinet de Mia.

Nous nous dirigeons donc vers le cabinet Fey & Co afin d’exécuter sa demande. Quand nous regardons les dossiers de l’affaire, nous découvrons que toute la section « W » est manquante. Nous regardons ensuite la catégorie « A-I » et découvrons la section « F » avec « Misty Fey ». Nous y apprenons que Mia était au courant des méfaits de Rosenberg et de celui qui le faisait chanter. Nous regardons ensuite la catégorie « J-S » Nous découvrons une catégorie lié à des suicides, avec une note faite au stylo, marquée « White ». Nous en déduisons alors que Mia pensait qu’il était impliqué dans le suicide. Et que White les aurait poussé justement au suicide.

Nous nous dirigeons immédiatement vers le bureau du P.D.G de Bluecorp, pour présenter à White la coupure de presse sur ses suicides. Nous découvrons alors par le biais de cette conversation entre White et Wright que White est le meurtrier que nous recherchons. White souhaitait récupérer les informations l’incriminant afin de continuer à faire ses affaires tranquillement, et il l’a récupéré par la force.

La situation se retourne alors contre nous : White fait venir des policiers à son bureau afin de nous arrêter pour le meurtre de Mia. Tektiv nous arrête donc pour le meurtre de Mia, à la demande de White…

Nous nous retrouvons au centre de détention, mais de l’autre côté de la vitre…

Nous apprenons également plus en détail le système judiciaire actuel

Les procès de trois jours, comme on en avait parlé au début…

À suivre…


Bonjour à tous ! Nous nous retrouvons pour la dernière partie de cette découverte-critique, consacrée au second et dernier jour de procès ! Merci à tous pour votre lecture !

ATTENTION ! CET ARTICLE SPOILE L’AFFAIRE 2 DU PREMIER JEU. SI VOUS AVEZ FAIT LE JEU OU QUE VOUS VOUS FICHEZ DE VOUS FAIRE SPOILER, CLIQUEZ SUR « LIRE LA SUITE ». L’auteur décline  toute responsabilité en cas de spoil non voulu. Vous avez été prévenus !

Cliquez ici pour revenir en haut si vous ne voulez pas vous faire spoiler

Nous nous retrouvons à la salle des accusés du tribunal. Nous parlons avec Maya, puis nous découvrons que Hunter souhaite nous parler. Dans ce procès, nous allons nous défendre nous même, et en se débrouillant avec les moyens du bord…

Nous nous retrouvons à la salle d’audience. Le procès commence : l’accusation, sans même faire un exposé des motifs, appelle Redd White à la barre.

Ce White fait un peu trop le malin, il va falloir démonter son témoignage…

La déposition se base sur ce que White aurait « vu ». Nous attaquons son témoignage afin d’en savoir plus. En l’attaquant, nous avons décelé une nouvelle contradiction dans son témoignage : il déclare que la victime esquivé vers la gauche, ce qui est en complète contradiction avec le témoignage de Mme Vril.

Nous émettons donc l’objection appropriée, ce qui semble un peu déstabiliser White…

White semble surpris de notre contradiction.

Nous déclarons alors que White et Mme Vril avaient tout les deux raisons : White a vu la victime s’enfuir vers la gauche car il était du point de vue de l’assassin, et Mme Vril du point de vue du témoin.

White fait alors un nouveau témoignage, pour corriger l’ancien : apparemment, elle aurait d’abord couru vers la gauche, se serait pris un coup, et aurait ensuite couru vers la droite, avant de mourir.

Le problème, c’est que dans le rapport d’autopsie, il n’a jamais été dit que la victime avait reçu deux coups. Seul un coup a été porté. En voulant corriger son erreur, White nous a montré une nouvelle contradiction…

Nous faisons une nouvelle fois objection à cette remarque.

Net, simple et efficace : « La victime n’a reçue qu’un coup ». White est de nouveau déstabilisé. Hunter demande une suspension d’audience car « le témoin est troublé », mais nous faisons immédiatement objection : si le témoin est troublé, c’est parce qu’il ment !

La Cour semble être de notre côté aujourd’hui…

White fait un nouveau témoignage, où il corrige ses erreurs, mais il y a encore une fois une contradiction. Après l’avoir attaqué sur sa première phrase, il dit avoir vu un « Lampadaire en verre ». Mais comment pouvait il savoir que le lampadaire était en verre, sachant qu’il était brisé, et que les débris ne sont pas identifiables ?

Nous faisons encore une fois objection à cette phrase, en présentant la contradiction.

Pour se défendre, White déclare avoir vu depuis la fenêtre le lampadaire en verre, avant que la victime ne soit attaquée. Ce qui est impossible : le lampadaire se trouvait dans un angle mort, où White ne pouvait pas voir depuis la fenêtre.

Encore une contradiction…

Ça y est, il semble enfin craquer ! 

…Ou pas. Hunter fait objection encore une fois, et demande à White d’avouer un crime. Un autre crime : celui d’avoir mis sur écoute le téléphone.

White lui donne raison : il est allé au cabinet d’avocat Fey & Co afin de placer le dispositif de mise sur écoute, ce qui explique pourquoi il a vu le lampadaire…

Aie. C’est un coup dur de Hunter porté à Wright.

White témoigne alors sur ce détail. Nous attaquons chaque détails de son témoignage, afin d’espérer trouver une contradiction.

En vain. Nous ne réussissons pas à trouver une seule contradiction sans son témoignage… Et quand nous étions sur le point d’abandonner, une lumière arriva. Un propos de Mia : « N’abandonne jamais, Phoenix ! », suivi d’une perte de conscience.

Puis, quand nous nous réveillons… Nous apercevons Mia.

Mais que fait Mia ici, dans le costume de Maya ? Elle est censée être morte !

Mia nous donne un conseil : retourner la feuille avec écrit « Maya » en lettre de sang. Nous y découvrons un reçu au recto. Mille euro donnés pour un lampadaire en verre, acheté le 4 septembre. Le 4 septembre ! La preuve que nous avions besoin pour réfuter le témoignage de White est maintenant entre nos mains !

Le contre-interrogatoire recommence. Nous faisons donc objection sur la remarque où White a déclaré avoir vu le lampadaire début septembre, avec le reçu.

White semble encore une fois craquer…

…Toujours pas. Hunter fait encore une objection au moment du verdict. Il demande à ce que le procès soit encore retardé de 24 heures. Nous faisons une objection. Qui est rejetée.

Au moment où le témoin tente de s’échapper, Mia intervient. Elle nous donne une note. Apparemment, c’est une liste de noms. Des gens du milieu de la finance, des personnalités célèbres sont sur cette liste.

La liste de noms a un effet très surprenant sur White.

Craquerait-il enfin ?

Nous avons enfin gagné !

Après avoir reçu le verdict non coupable, Mia nous demande de venir au cabinet Fey & Co à 21 heures, ce que nous faisons…

…Mais nous retrouvons Maya, pas Mia. Elle nous demande de la part de Mia, que Wright remplace Mia au cabinet d’avocats.

Nous avons un nouveau cabinet d’avocats, nommé Wright & Co !

Fin.


Critique de l’affaire :

L’affaire était plutôt bonne. Une représentation assez réaliste de la corruption, du chantage, et du pouvoir est donné à une seule entreprise, plus précisément une seule personne. Malheureusement, nous n’avons pas pu connaître plus le personnage de Mia, celle ci étant la victime de l’affaire. Maya était un personnage assez intéressant dans cette affaire, et j’ai personnellement trouvé bien le fait que Wright soit accusé à la fin, bien que le motif de son arrestation soit un peu farfelue…

Côté procès, j’ai bien aimé le déroulement du procès, avec les témoins. Mais la fin… Il y a encore Mia qui vient nous sauver. Wright risque d’être souvent assisté par elle j’ai l’impression, et je trouve ça relativement dommage. Le breakdown de White (le final, celui où il « avoue tout » est également trop rapidement passé, cela aurait pu se faire en transition.

Également, on ne connaît pas vraiment les personnes victimes de Bluecorp, ça aurait pu donner quelque chose en plus dans le background.

Côté enquête, je l’ai trouvé assez longue mais relativement bien pensé, avec la corruption de Rosenberg et l’affaire DL-6 vaguement mentionnée pendant l’enquête.

J’attribue un 7.5/10 à cette affaire pour toutes ces raisons.


Merci à tous pour votre lecture ! J’espère que vous avez apprécié cette découverte-critique, et on se retrouve bientôt pour l’affaire 3 ! Bonne journée à tous !

À suivre…

 

Retourner en haut

Ce contenu a été publié dans Critiques Phoenix Wright : Ace Attorney. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oo O_O =) =( :yogi: :well: :script: :science: :rock: :paolo: :okay: :ok: :objection: :objecrock: :niais: :meele: :mdr: :manfred: :kay: :honte: :hmpf: :hihi: :herman: :hat: :google: :genre: :fulmine: :fier: :euh: :doute: :cool: :choc: :chelmey: :badger: :ahdé: :O :D :) :( ._.